Nombre total de pages vues

jeudi 24 avril 2014

Dosage individualisé des antibiotiques pour les patients gravement malades : défis à relever et potentielles solutions

Tubes d'échantillons, prélèvements de patients et boîtes antibiogramme sur paillasse
Source iconographique et légendaire:  http://www.inserm.fr/thematiques/microbiologie-et-maladies-infectieuses/dossiers-d-information/la-resistance-aux-antibiotiques

Les infections chez les patients gravement malades mènent à de mauvais résultats sur le plan clinique. Ces patients montrent d’abord une pharmacocinétique des antibiotiques qui leurs sont administrés variable et gravement altérée ; ils sont de plus susceptibles aux infections par des pathogènes moins sensibles aux médicaments. Tout dosage d’antibiotiques qui ne prendrait pas ces données en compte risque de produire des résultats sous – optimaux. Dans cette revue de littérature, nous explorons les défis à relever, à la fois relatifs aux patients et aux agents pathogènes qui conduisent à un dosage inadéquat des antibiotiques; et discutons de la manière d’implémenter un processus individualisé de thérapie antibiotique qui permettrait d’augmenter la précision des dosages et d’optimiser les soins prodigués aux patients gravement malades.

Afin d’améliorer le dosage des antibiotiques, tout changement physiologique chez les patients pouvant en modifier les concentrations devrait être établi ; de tels changements devraient inclure l’évaluation de l’altération des fluides corporels, les changements en albumine sérique, en matière de fonctions rénale et de fonction hépatique, ainsi qu’en termes d’insuffisance vasculaire. Deuxièmement, la susceptibilité des pathogènes aux antibiotiques devrait être confirmée par des techniques microbiologiques. 

Les données de susceptibilité bactérienne devrait ainsi être combinée à celles mesurées concernant les concentrations en antibiotiques (lorsque ces dernières sont disponibles) dans les logiciels de dosages cliniques, utilisant des modèles pharmacocinétiques/pharmacodynamiques dérivés à partir de données obtenues chez des patients gravement malades, afin de mieux prédire les dosages nécessaires à administrer sur le plan individuel. 

L’individualisation des doses d’antibiotiques à administrer pourrait optimiser l’exposition aux antibiotiques et en maximiser l’efficacité. Prof Jason A Roberts PhD, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant – première, 24 April 2014

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ