Nombre total de pages vues

mercredi 16 avril 2014

Les « nouveaux granules sécrétoires »: mieux vaut tard que jamais !

Source iconographique et légendaire:http://www.facbio.com/content/index.php?option=com_content&task=view&id=74&Itemid=103&limit=1&limitstart=2
Le phénomène d’exocytose survenant au niveau des cellules β-pancréatiques utilise les complexes Munc18/SNARE (Soluble N-éthylmaleimide-sensitive-factor Attachment protein REceptor dans le texte) qui ont un rôle médiateur de l’amorce et du rassemblement des granules sécrétoires d’insuline (…) au niveau de la membrane plasmique ; s’y installant ainsi jusqu’à l’arrivée d’un flux de Ca2+ provoquant la fusion à proprement parler. Cela est représentatif des principaux évènements initiaux de la réponse sécrétoire aigüe. Cependant, la phase suivante et soutenue de la sécrétion d’insuline stimulée par le glucose survient chez les « nouveaux granules sécrétoires » qui se caractérisent par une très courte période de stationnement au niveau de la membrane plasmique avant fusion. Dans cet article d’opinion, je discute des récents travaux qui ont permis l’amorce du déchiffrage des composantes de la machinerie d’exocytose des « nouveaux granules sécrétoires », qui comprend notamment un complexe Munc18/SNARE qui est différent de celui opérant la médiation de la fusion des granules pré-ancrés à la membrane, et qui  peuvent potentiellement voler au secours d’une sécrétion d’insuline défectueuse dans le diabète. Ces données nouvelles sont applicables à toutes les autres cellules neuroendocriniennes opérant une activité sécrétoire soutenue. Herbert Y. Gaisano, dans Trends in Endocrinology and Metabolism – 945, publication en ligne en avant – première, 16 avril 2014


Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ