Nombre total de pages vues

mercredi 28 mai 2014

Règle du N-terminal chez les eucaryotes : mécanismes conservés et fonctions diverses

Exemple d'extrémité N-terminale d'un polypeptide (acide aminé en encadré ci-dessus).
Source iconographique : http://biochimej.univ-angers.fr/Page2/TexteTD/7ModuleS6BG3/ZSuite/2Hexapeptide/1Hexapeptide.htm

La règle du N-terminal stipule que la durée de vie d'une protéine peut être déterminée par la composition de sa séquence N-terminale. Dans la levure, il a été montré que des protéines avec une méthionine N-terminale ont une demi-vie de vingt heures alors que celle qui ont une arginine dans cette position ne vivent que deux minutes en moyenne. C'est ce qu'on appelle la "règle du N-terminal" (Alexander Varshavsky, 1996)
Source: http://www.ulysse.u-bordeaux.fr/atelier/ikramer/biocell_diffusion/gbb.cel.fa.106.b3/content/anno04.htm
La règle du N-terminal relative à la protéolyse ciblée, qui associe la stabilité d’une protéine à la nature de son extrémité N-terminale, s’est révélée comme régulateur clé de divers processus chez les eucaryotes. De récents rapports, montrant que les protéines acétylées au niveau de leur extrémité N-terminale et les enzymes liés à la méthionine initiatrice peuvent être ciblés en vue d’être dégradés, ont mis au jour des directions nouvelles de cette voie de signalisation ; un large échantillonnage de protéines substrat a ainsi été identifié chez les animaux, champignons et les plantes. La découverte selon laquelle la règle du N-terminal joue un rôle médiateur chez les cellules détectrices de l’oxygène et de l’oxyde nitrique (NO) chez les plantes et les animaux par le contrôle de la stabilité des substrats domaine–spécifiques est d’un intérêt certain. Ces avancées montrent combien les mécanismes de dégradation associés à la règle du N-terminal sont conservés, représentant ainsi un index de divergence fonctionnelle chez les eucaryotes pris dans leur ensemble. Daniel  J. Gibbs et al, dans Trends in Cell Biology, publication en ligne en avant – première, 26 mai 2014

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ