Nombre total de pages vues

mardi 17 juin 2014

Effet de la longueur des télomères sur la survie de patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique : étude observationnelle de cohorte avec validation indépendante

Les télomères sont figurés en rouge sur les chromosomes. (...). Les télomères sont des séquences génétiques qui chapotent les extrémités des chromosomes et protègent l'ADN. Leur taille se réduit au fur et à mesure des divisions cellulaires et reflète donc l'âge de la cellule.
Source iconographique et légendaire: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/11/15/21528-depression-fait-vieillir-plus-vite
On a identifié des télomères de courte longueur dans un échantillon de patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique, toutefois, ce que cela signifie sur le plan clinique reste incertain. Notre but était de poursuivre des investigations afin d’établir si les patients montrant des télomères leucocytaires de longueur variée montraient des profils de survie différents.

Dans cette étude observationnelle de cohorte, nous avons recruté des patients atteints de pathologie pulmonaire interstitielle basés à Dallas, Texas, États – Unis d’Amérique du Nord (cohorte primaire), à Chicago, Illinois, États – Unis d’Amérique du Nord, et San Francisco, Californie,  États – Unis d’Amérique du Nord (cohorte de réplication). Nous avons obtenu des échantillons d’ADN de génome sur une population de sujets de contrôle de Dallas, Texas, constituée de manière aléatoire ; les conjoints des patients ont été également recrutés comme groupe de contrôle indépendant. Les longueurs de télomères ont été mesurées sur des échantillons d’ADN isolé à partir de sang périphérique prélevé au moment de l’évaluation préalable. Le critère principal d’évaluation était la survie sans transplantation (c’est-à-dire jusqu’au moment de la mort ou de la pratique d’une transplantation pulmonaire) dans la cohorte de Dallas. Les résultats ont été validés par les deux cohortes de fibrose idiopathique pulmonaire indépendantes (Chicago et San Francisco).

370 patients ont été recrutés pour constitution de la cohorte de Dallas entre le 17 juin 2003 et le 25 août 2011. Les 149 patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique ont montré des télomères de plus courte longueur que chez les 195 patients de contrôle sains (moyenne ajustée pour l’âge des taux log-transformés de télomères versus gène à copie unique) était de -0.16 [Déviation Standard SD 0.23] versus 0.00 [0.18] ; p<0.0001) ; cependant, les longueurs de télomères chez les patients de Dallas atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (1.33 [DS 0.25]) étaient similaires à celles relevées chez les 221 patients diagnostiqués porteurs d’autres pathologies pulmonaires interstitielles (1.46 [0.24]) après ajustements pour l’âge, le sexe, et l’ethnicité (p=0.47). La longueur des télomères était associée de manière indépendante à la survie sans transplantation chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (Hazard Ration HR 0.22 [Intervalle de Confiance IC 95% 0.08-0.63] ; p=0.0048), mais pas pour les patients diagnostiqués porteurs d’autres pathologies pulmonaires interstitielle que la fibrose pulmonaire idiopathique (HR 0.73 [0.16-3.41] ; p=0.69). L’association entre la longueur des télomères et la survie des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique était indépendante de l’âge, du sexe, de la capacité vitale, et de la capacité de diffusion du monoxyde de carbone ;  telle était la situation pour les deux cohortes de réplication indépendantes de fibrose pulmonaire idiopathique (Cohorte de Chicago, HR 0.11 [0.03-0.39], p=0.00066 ; cohorte de San Francisco, HR 0.25 [0.07-0.87], p=0.029).

Des télomères leucocytaires plus courts sont associés à une survie sur une période plus courte dans la fibrose pulmonaire idiopathique. Des études complémentaires seront nécessaires pour établir le seuil de pertinence de la longueur des télomères et comment ce biomarqueur pourrait influer sur la stratification du risque chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. Bridget D Stuart MD et al, dans The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant-première, 17 juin 2014

Financement: US National Heart, Lung and Blood Institute, National  Center for Advancing Translational Sciences, Harroun Family Foundation, and Nina Ireland Lung Disease Program.  

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ