Nombre total de pages vues

jeudi 10 juillet 2014

Consommation globale d’antibiotiques de 2000 à 2010 : analyse des données nationales relatives aux ventes de produits pharmaceutiques

Pour tenter de freiner ces résistances (aux antibiotiques)* de plus en plus importantes, les chercheurs de l'Inserm ont mis au point un système de détection rapide de deux enzymes responsables de la résistance des bactéries à deux classes d'antibiotiques très fréquentes: les céphalosporines de spectre large et les carbapémènes. Dans ces tests, la présence d'une enzyme signe la présence d'une bactérie résistante. (ci-dessus: cabapénèmase)*
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/espace-journalistes/mise-au-point-de-deux-tests-de-diagnostic-rapide-de-resistance-aux-antibiotiques
La consommation d’antibiotiques est un vecteur essentiel du développement de la résistance aux antibiotiques. La résistance aux antibiotiques varie selon les pays, et cette dernière est partiellement liée aux différents schémas de consommation (volumes totaux et doses journalières). Notre but était d’étudier les variations en consommation afin de contribuer au suivi de l’augmentation de la résistance, au développement de politiques rationnelles d’utilisation d’antibiotiques, et de fournir une base pour de futures études.

Nous avons, à l’aide des données de vente au et de données des pharmacies hospitalières provenant de la base de données MIDAS d’IMS Health, passé en revue les tendances de consommation mesurée en unités standard d’antibiotiques entre 2000 et 2010 pour 71 pays. Nous avons utilisé des données de croissance du volume de médicaments délivrés pour évaluer les différences temporelles en consommation pour chaque pays les méthodes de Fourier (séries de Fourier) et de régression pour les évaluations des différences de consommation dans 63 pays.

Entre 2000 et 2010, la consommation de médicaments antibiotiques a augmenté de 36% (de 54 083 964 813 unités standard à 73 620 748 816 unités standard). Le Brésil, la Russie, la Chine, l’Inde, et l’Afrique du Sud ont contribué pour 76% dans cette augmentation. Dans la plupart des pays, la consommation d’antibiotiques a varié considérablement selon les saisons. On  également a observé une augmentation de consommation de carbapénèmes (45%) et de polymixines (13%), deux médicaments appartenant à la classe des médicaments antibiotiques de dernier recours.

L’augmentation de consommation d’antibiotiques et l’augmentation de l’utilisation de la classe des médicaments antibiotiques de dernier recours soulève de sérieuses questions de santé publique. L’utilisation appropriée des antibiotiques dans les pays en voie de développement devrait être encouragée. Cependant, afin de prévenir une brutale augmentation de la résistance aux antibiotiques dans les pays à faibles ou moyens revenus très peuplés et pour préserver l’efficacité des antibiotiques au niveau mondial; des programmes d’éducation à leur usage rationnel menés sous le haut patronage coordonné de la communauté internationale devraient être une priorité. Thomas P Van Boeckel, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant - première, 10 juillet 2014

( )*note du traducteur

Financement : US Department of Homeland Security, Bill & Melinda Gates Foundation, US National Institute of Health, Princeton Grand Challenges Program.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ