Nombre total de pages vues

mardi 8 juillet 2014

Haemophilus influenzae non typable, agent pathogène sous – estimé

En 2012, 180 pays ont introduit la vaccination systématique contre Haemophilus influenzae de type b (vert foncé), et 28 pays l'ont partiellement introduite (vert clair).
Source iconographique et légendaire:  http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/burden/vpd/surveillance_type/sentinel/Hib_map_schedule.jpg?ua=1
Haemophilus influenzae non typable (NTHi) est une cause majeure d’infection des muqueuses, comme l’otite moyenne, la sinusite, la conjonctivite, et les exacerbations de la bronchite chronique obstructive.  Dans certaines régions, il existe une relation causale forte entre ce pathogène et les infections des voies respiratoires inférieures. Au cours des 20 dernières années, une croissance importante et régulière de la prévalence des infections à NTHi est survenue dans le monde, en particulier dans les groupes à risque comme les nourrissons, les jeunes enfants, et les personnes âgées. Les sujets porteurs de comorbidités sous-jacentes sont les plus exposés et l’infection est associée à une forte mortalité. La production de β-lactamase constitue le mécanisme de résistance prédominant. Cependant, l’émergence et la propagation de souches négatives à la β-lactamase et résistantes l’ampicilline dans de nombreuses régions dans le monde est une préoccupation importante, nécessitant potentiellement des changements dans les directives concernant les traitements antibiotiques, pour ce qui est des infections communautaires des voies respiratoires supérieures et inférieures et à morbidité associée à NTHi potentiellement augmentée. Des protocoles standardisés de surveillance, ainsi que des méthodes de traçage de l’ADN permettant le suivi de ce pathogène émergent devraient être implémentés. Pour ce faire, les organisations scientifiques internationales auront pour mission de rehausser l’intérêt porté à NTHi et de mieux documenter sur la pathobiologie de ce microbe. Prof Johan Van Eldere PhD et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant – première, 8 juillet 2014


Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ