Nombre total de pages vues

lundi 7 juillet 2014

Tozadenant (SYN 115) chez des patients atteints de maladie de Parkinson montrant des fluctuations motrices avec levodopa : étude de phase 2b, en double-aveugle et randomisée

Neurone à dopamine. (...). Dans la maladie de parkinson, la dopamine ne se lie plus à ses récepteurs. (...).
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/espace-journalistes/diminuer-les-effets-secondaires-lies-au-traitement-de-la-maladie-de-parkinson-c-est-possible-!
Un grand nombre de patients atteints de la maladie de Parkinson montrent des fluctuations motrices, malgré les traitements disponibles. Le tozadenant (SYN 115) est un antagoniste du récepteur 2A de l’adénosine (antagoniste A2AR) qui améliore les fonctions motrices chez les modèles animaux de la maladie de Parkinson. Notre but était d’évaluer l’innocuité et l’efficacité du tozadenant comme traitement adjuvant à la lévodopa chez des patients atteints de la maladie de Parkinson, montrant des fluctutations des fonctions motrices sous lévodopa.

Nous avons effectué cette étude d’établissement de posologie, internationale, multicentrique, en double aveugle, contrôlée par placebo, en groupes parallèles, d’administration de tozadenant chez des patients atteints de la maladie de Parkinson déjà placés sous lévodopa, et qui montrent des fluctuations motrices (mouvements involontaires au cours de phases dites « période off » sur une période cumulée d’au moins 2.5h par jour). Les patients éligibles ont été répartis de manière aléatoire à l’aide d’une séquence générée par ordinateur pour recevoir tozadenant 60, 120, 180, ou 240 mg ou le placebo correspondant deux fois par jour pendant 12 semaines. Ni les personnels gestionnaires de l’étude, ni les personnels du site, ni les patients n’avaient accès au tableau de randomisation. Le critère primaire d’évaluation était le changement de temps passé en « période off » à 12 semaines, par rapport à la ligne de base (évaluées selon les comptes – rendus réguliers complétés par les patients). (…).

Sur les 420 patients randomisés, (âge moyen 63.3 [Déviation Standard -SD- 8.3 ans ; durée moyenne avec atteinte parkinsonienne 8.7 [4.7] ans), 403 ont fourni des données issues de leur « cahier d’observation » relatives à des observations post-ligne de base et 337 ont suivi le traitement jusqu’à la fin de l’étude. (…).

En comparaison avec le placebo,  la « période off » était significativement plus courte chez les sujets recevant le tozadenant 120 mg deux fois par jour et les sujets recevant tozadenant 180 mg deux fois par jour pris ensemble (-1.1 h, Intervalle de Confiance [-IC- 95 %] de -1.8 à -0.5 ; p=0.0006), chez les sujets recevant tozadenant 180 mg deux fois par jour (-1.2 h, de -1.9 à  -0.4 ; p=0.0039). Les évènements indésirables les plus fréquemment rencontrés étaient dyskinésie (sept [8%] sur 84 patients dans le groupe placebo, 13 [16%] sur 82 dans le groupe 120 mg deux fois par jour, et 17 [20%] sur 85 dans le groupe 180 mg deux fois par jour), nausée (trois [4%], 9[11%], et dix [12%]) et étourdissement (un [1%], quatre [5%], et 11 [13%]). L’administration de tozadenant 60 mg deux fois par jour n’a pas eu d’effet significatif sur la diminution de la « période off », et le tozadenant 240 mg deux fois par jour était associé à une augmentation de sortie d’étude du fait des évènements indésirables (17 [20%] sur 84 patients).

Le tozadenant 120 ou 180 mg deux fois par jour était en général bien toléré et a montré une efficacité pour ce qui d’une diminution de durée de la « période off ». Des investigations plus poussées, faisant l’objet d’études de phase 3, sont recommandées. Dr Robert A Hauser MD et al, dans The Lancet Neurology, publication en ligne en avant - première, 7 juillet 2014

Financement : Biotie Therapies


Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ