Nombre total de pages vues

mercredi 3 septembre 2014

Administration de teriflunomide per os à des patients présentant un premier épisode suggérant une sclérose en plaques (TOPIC) : un essai de phase 3 randomisé, en double-aveugle et contrôlé par placebo

Processus de démyélinisation dans la sclérose en plaques -SEP-. Inserm, Carole Fumat
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/sclerose-en-plaques-sep
Le teriflunomide est une immunomodulateur administré per os une fois par jour, ayant reçu approbation pour le traitement de la sclérose en plaques cyclique. Notre but était d’étudier l’efficacité et la sécurité du teriflunomide chez des patients présentant un premier épisode clinique suggérant une sclérose en plaques.

Dans cette étude de phase 3 randomisée, en double aveugle et à groupes parallèles, nous avons recruté des patients âgés de 18 à 55 ans, atteints d’un syndrome cliniquement isolé (défini comme évènement neurologique significatif avec démyélinisation, commençant dans les 90 jours suivant la randomisation, avec deux lésions ou plus de diamètre 3 mm de stade T2 visible par IRM) dans 112 centres (centres hospitaliers pour la plus grande partie) situés dans 20 pays. Les participants ont été répartis de manière aléatoire (1:1:1) en double aveugle (à l’aide d’un dispositif vocal interactif) pour administration en une prise quotidienne per os de teriflunomide 14 mg, ou de teriflunomide 7 mg ou du placebo, sur une période de 108 semaines maximum. Ni les patients, ni le personnel intervenant, ni les investigateurs n’avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal d’évaluation de l’étude était la période de temps écoulée avant récidive (toute anomalie neurologique nouvelle survenant au moins 30 jours après un évènement clinique précédent, patente pendant au moins 24 heures en absence de fièvre ou infection connue), définissant ce faisant une sclérose en plaques clairement établie. Le critère secondaire  d’évaluation  de l’étude était la période de temps écoulé avant récidive ou [lésion nouvelle prenant le contraste au gadolinium ou lésion T2 en IRM cérébrale]. Le résultat principal était analysé sur population en intention de traiter modifiée ; et les analyses d'innocuité ont inclus tous les patients randomisés ayant reçu le médicament à l’étude en traitement.

Entre le 13 février 2008 et le 22 août 2012, 618 patients ont été recrutés et répartis de manière aléatoire pour recevoir teriflunomide 14 mg (n=216), teriflunomide 7 mg (n=205), ou le placebo (n=197). Deux patients dans chacun des groupes teriflunomide n’ont pas reçu le médicament à l’étude; ainsi, la population en intention de traiter modifiée comprenait 214 patients sous teriflunomide dans le groupe 14 mg, 203 dans le groupe teriflunomide 7 mg et 197 dans le groupe placebo. En comparaison du placebo, le teriflunomide a réduit de manière significative le risque de récidive définissant cliniquement la sclérose en plaques lorsqu’administré à une dose de 14 mg (Hazard Ratio [HR] 0.574 [Intervalle de Confiance -IC- 95% 0.379 – 0.869] ; p=0.0087) et à une dose de 7 mg (0.628 [0.416-0.949] ; p=0.0271). Le teriflunomide a réduit le risque de récidive ou de lésion nouvelle détectable par IRM en comparaison du placebo lorsqu’administré à une dose de 14 mg (HR 0.651 [IC 95% 0.515-0.822] ; p=0.0003) et à une dose de 7 mg (0.686 [0.540-0.871] ; p=0.0020). Au cours de l’étude, six patients initialement placés sous placebo par le processus de randomisation ont reçu accidentellement également du teriflunomide à un certain moment : quatre patients ont reçu du teriflunomide 7 mg et deux patients ont reçu du teriflunomide 7 mg. Ainsi, la population soumise à l’évaluation de l’innocuité s’est établie à 216 patients sous teriflunomide 14 mg, 207 sous teriflunomide 7 mg et 191 sous placebo.
Les évènements indésirables qui sont survenus chez au moins 10% des patients dans l’un ou l’autre des groupes teriflunomide, avec pourcentage de la population atteinte du groupe supérieur à 2% de celui concernant la population atteinte du groupe placebo étaient : alanine aminotransferase (40 [19%] sur 216 patients dans le groupe 14 mg, 36 [17%] sur 207 patients du groupe 7 mg versus 27 [14%] sur 191 patients du groupe placebo), amincissement des cheveux (25[12%] et 12[6%] versus 15 [8%]), diarrhée (23[11%] et 28[14%] versus 12[6%]), paresthésie (22[10%] et 11[5%] versus 10[5%]), et infection du tractus respiratoire supérieur (20[9%] et 23[11%] versus 14 [7%]). L’évènement indésirable grave le plus fréquent était l’augmentation en alanine aminotransferase (quatre [2%] et cinq[2%] versus trois[2%]).

TOPIC est, à notre connaissance, la première étude rendant compte des bénéfices significatifs d’une thérapie d’administration per os chez des patients atteints de sclérose en plaque à un stade précoce. Ces résultats permettent d’inclure le statut de stade précoce de ladite pathologie aux autres stades d’évolution de la sclérose en plaques pour lesquels le teriflunomide montre un effet bénéfique. Prof Aaron E Miller MD, dans The Lancet Neurology, publication en ligne en avant – première, 3 septembre 2014

Financement : Genzyme, groupe Sanofi

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ