Nombre total de pages vues

mardi 2 septembre 2014

Efficacité de la combinaison à rapport fixe d’insuline degludec et de liraglutide (IDegLira) en comparaison à ses composants administrés seuls : résultats d’une étude de 26 semaines de phase 3, ouverte, randomisée, de thérapie ciblée chez des patients diabétiques de type 2 n’ayant jamais reçu d’insuline

Canettes de boissons non - alcooliques (...). A quantité égale consommée, le risque de diabète est plus élevé lorsqu'il s'agit de boissons "light" que de boissons sucrées "non light"
Source iconographique et légendaire:  http://presse-inserm.fr/les-boissons-light-associees-a-une-augmentation-du-risque-de-diabete-de-type-2/6541/
Une combinaison à rapport fixe d’un analogue de l’insuline basale – insuline degludec – et de l’analogue du glucagon-like peptide-1 (GLP-1) liraglutide a été développée avec pour protocole d’administration une injection quotidienne unique pour le traitement du diabète de type 2. Notre but était de comparer  l’administration de l’insuline combinée degludec-liraglutide (IDegLira) avec celle de ses composants seuls, chez des patients n’ayant jamais reçu d’insuline.

Dans cette étude de 26 semaines de phase 3, ouverte et randomisée, des adultes atteints de diabète de type 2, présentant une HbA1c de 7-10% (inclus), un IMC de 40 kg/m2 ou moins, et recevant un traitement à base de metformine avec ou sans pioglitazone, ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir (2:1:1) des injections quotidiennes de IDegLira, insuline degludec, ou liraglutide (1.8 mg par jour). IDegLira et insuline degludec ont été titrées pour obtenir une automesure de glycémie plasmatique matinale à jeun de 4-5 mmol/L. Le paramètre principal mesuré était le changement observé de HbA1c après 26 semaines de traitement; l’objectif principal de l’étude était l’étude de la non-infériorité de IDegLira par rapport à insuline degludec (avec une marge supérieure de l’Intervalle de Confiance [IC] 95% de 0.3%), et de la supériorité de IDegLira par rapport à liraglutide (avec une marge inférieure de IC 95% de 0%). (…).

1663 adultes (âge moyen 55 ans, avec Déviation Standard [DS 10], HbA1c 8.3% [0.9], et un IMC de 31.2 kg/m2 [4.8]) ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir IDegLira (834 patients) ou insuline degludec (414 patients) ou liraglutide (415 patients). Après 26 semaines, l’HbA1c moyenne avait baissé de 1.9% (DS 1.1) à 6.4% (1.0) avec IDegLira, de 1.4% (1.0) à 6.9% (1.1) avec insuline degludec, et de 1.3% (1.1) à 7.0% (1.2) avec liraglutide. IDegLira était non-inférieure à insuline degludec (différence estimée des effets de traitement -0.47%, IC 95% de -0.58 à -0.36, p<0.0001) et supérieure au liraglutide (-0.64%, de -0.75 à -0.53, p<0.0001). IDegLira était généralement bien tolérée ; un nombre moins important de sujets du groupe IDegLira que du groupe degludec ont rapporté des évènements indésirables gastrointestinaux (nausée 3.6%). Nous n’avons noté aucune différence cliniquement pertinente entre les traitements pour ce qui est des données standard d’innocuité, et du profil d’innocuité de IDegLira en regard de ses composantes prises seules. Le nombre d’évènements hypoglycémiques confirmés sont survenus chez 19 (2%) des 825 patients du groupe IDEgLira, huit (2%) des 412 patients du groupe insuline degludec, et 14 (3%) des 412 patients du groupe liraglutide.

IDegLira combine les avantages cliniques de l’insuline basale et du traitement agoniste  du récepteur GLP-1 ; cela a pour résultat une amélioration du contrôle  de la glycémie en comparaison de ses composants administrés seuls. Prof Stephen C L. Gough MD, in The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne en avant – première, 2 septembre 2014

Financement : Novo Nordisk


Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ