Nombre total de pages vues

jeudi 27 novembre 2014

#α-actinine #spectrines #actine #titine #phosphoinositides #muscle #cytosquelette Structure et régulation de l’α-actinine musculaire humaine

La structure de l’α-actinine humaine, composant majeur des unités contractiles musculaires de base, révèle un mécanisme de régulation unique dépendant des phosphoinositides, ainsi que de leur assemblage.
Source iconographique et légendaire:  http://www.scienced
irect.com/science/journal/aip/00928674
 
La superfamille des spectrines joue un rôle clé dans l’assemblage du cytosquelette d’actine dans une variété de cellules, comme par exemple dans les liaisons transversales qui s’établissent entre les filaments d’actine; agissant comme des échafaudages pour l’assemblage de complexes protéiques de grande taille impliqués dans l’intégrité structurelle et la sensibilité mécanique, de même que dans la signalisation cellulaire. Les α-actinines, en particulier, sont des acteurs majeurs de l’établissement de liaisons transversales dans les disques Z, des adhérences focales, et les stress subis par les fibres d’actine. Nous rendons compte ici de l’existence d’une structure à haute résolution du dimère de l’α-actine-2 de 200 kD du muscle strié et explorons ses implications fonctionnelles au niveau biochimique et cellulaire. La structure fournit un éclairage des mécanismes qui sous-tendent les interactions avec les protéines sarcomériques comme la titine (connectine) par l’intermédiaire des phosphoinositides, pose les jalons de l’étude à un niveau moléculaire de l’impact des mutations pathogéniques, et se révèle en tant que telle très vraisemblablement impliquée dans la régulation des protéines semblables à la spectrine. Euripedes de Almeida Ribeiro Jr et al, dans Cell, publication en ligne en avant – première, 26 novembre 2014

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ