Nombre total de pages vues

lundi 17 novembre 2014

#aspirine #thérapie-antiplaquettaire #mortalité Durée prolongée d’administration d’une double thérapie antiplaquettaire et mortalité : revue systématique et méta-analyse

Photo de flacon d'aspirine de 1899. Depuis sa mise sur le marché, la liste de ses bienfaits s'allonge constamment.
Source iconographique et légendaire: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2009/08/13/9713-cancer-colo-rectal-bienfaits-laspirine 
Le traitement à base d’aspirine et d'un inhibiteur P2Y12 est communément utilisé chez les patients atteints de troubles cardiovasculaires. L’effet global d’un tel traitement sur la mortalité toutes causes confondues reste inconnue. Dans l’étude Double Thérapie Antiplaquettaire (étude DAPT), la poursuite d’une double thérapie antiplaquettaire au-delà de 12 mois suivant la pose d’un stent coronaire était associée à une augmentation inattendue de décès pour causes cardiovasculaires. Au vu de l’importance potentielle de ces résultats en matière de santé publique, notre but était d’évaluer l’effet d’une durée prolongée d’une double thérapie antiplaquettaire sur la mortalité, en effectuant une méta-analyse mutualisée de tous les essais randomisés contrôlés ayant pour objectif l’étude de l’effet de la durée de traitement dans les troubles cardiovasculaires.

Nous avons recherché dans les bases de données Medline, Embase, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL)  afin d’identifier les essais randomisés contrôlés mesurant l’effet d’une double thérapie antiplaquettaire à durée prolongée versus non prolongée ou celui d’une double thérapie antiplaquettaire de courte durée, publiée avant le 1er octobre 2014. Nous avons effectué une méta-analyse mutualisée des résultats extraits, à l’aide d’un modèle hiérarchique bayésien à effets aléatoires. Les critères principaux d’évaluation étaient les valeurs de hazard ratio de comparaison des décès toutes causes confondues, des décès dus à des troubles cardiovasculaires et des décès dus à des causes non cardiovasculaires.

Nous avons identifié 14 essais cliniques éligibles - étude DAPT incluse -  rassemblant les 69 644 participants assignés de manière aléatoire à diverses durées de double thérapie antiplaquettaire. En comparaison avec l’aspirine seule ou une double thérapie antiplaquettaire courte (6 mois), un traitement continu n’était pas associé à une différence en termes de mortalité due à toutes causes confondues (hazard ratio [HR] 1.05, Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.96-1.19 ; p=0.33). De la même façon, la mortalité pour cause cardiovasculaire (1.01, 0.93-1.12 ; p=0.81) n’étaient pas différents entre thérapie à durée prolongée versus thérapie de courte durée ou aspirine seule.

La durée prolongée d’une double thérapie antiplaquettaire n’était pas associée à une différence de risque de décès dû à toutes causes confondues, de décès dû aux risques cardiovasculaires, ou de décès dû à des risques non-cardiovasculaires, en comparaison de l’aspirine seule ou d’une double thérapie antiplaquettaire de courte durée. Sammy Elmariah MD et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant – première, 16 novembre 2014

Financement : aucun

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ