Nombre total de pages vues

vendredi 7 novembre 2014

#diabète #stéatose-hépatique #acide-obeticholique #récepteur-farnesoidX Acide obeticholique comme ligand du récepteur nucléaire farnesoid X pour le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique et non – cirrhotique (FLINT): un essai multicentrique, randomisé et contrôlé par placebo

En situation de diabète et d'obésité, le développement et l'aggravation de la résistance à l'insuline conduit à une accrétion excessive des lipides dans le tissu adipeux et dans le foie (stéatose hépatique). Anne - Françoise Burnol, Catherine Postic et Tarik Issad (Inserm)
Source iconographique:  http://cochin.inserm.fr/Departements/emd/equipe-postic
L’acide 6-ethylchenodeoxycholique  (acide obeticholique) est un activateur puissant du récepteur nucléaire farnesoid X, qui diminue les lipides hépatiques et la fibrose chez les modèles animaux de stéatose hépatique. Nous avons étudié l’efficacité de l’acide obeticholique chez les patients adultes atteints de stéatose hépatique non alcoolique.

Nous avons effectué cet essai clinique multicentrique à groupes parallèles, randomisé et contrôlé par placebo dans des centres médicaux aux États-Unis chez des patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique et non cirrhotique, afin d’évaluer le traitement à base d’acide obeticholique donné per os (25 mg par jour) contre placebo pendant 72 semaines. Les patients ont été répartis de manière aléatoire selon un ratio 1:1 à l’aide d’une séquence générée par ordinateur selon une procédure administrative interne, stratifiés par centre clinique et statut diabétique. Le critère principal d'évaluation était l’amélioration au vu de l’histologie hépatique, définie par une diminution des marqueurs d’activité de la stéatose hépatique de 2 points sans aggravation de la fibrose, à partir de la ligne de base jusqu’à la fin du traitement. Une analyse intermédiaire des changements en alanine aminotransférase à 24 semaines, entreprise avant la biopsie hépatique de fin de traitement (72 semaines) a appuyé la décision de continuer l’étude (changement relatif en alanine aminotransférase -24%, Intervalle de Confiance [IC 95%] de -45 à -3). Une analyse intermédiaire planifiée du critère principal d’évaluation de l’étude a montré une efficacité sur de l’acide obeticholique (p=0.0024) et appuyé la décision de ne pas effectuer de biopsies de fin de traitement et de fin prématurée de traitement chez 64 patients, mais de continuer l’étude afin d’obtenir des mesures à 24 semaines post-traitement. Les analyses ont été effectuées sur population en intention de traiter (…).

Entre le 16 mars 2011 et le 3 décembre 2012, 141 patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir l’acide obeticholique et 142 patients pour recevoir le placebo. 50 (45%) des 110 patients du groupe acide obeticholique qui devaient subir une biopsie à la ligne de base et à 72 semaines ont montré une amélioration de leur histologie hépatique en comparaison des 23 (21%) patients sur 109 du groupe placebo (risque relatif 1.9, IC 95% de 1.3 à 2.8 ; p=0.0002). 33 (23%) des 141 patients sous acide obeticholique ont développé un prurit comparé aux neuf (6%) du groupe placebo.

L’acide obeticholique a amélioré les données d’histologie chez les patients atteints de stéatose hépatique non – alcoolique, toutefois, les bénéfices à long terme ainsi que l’innocuité de ce traitement nécessitent des éclaircissements complémentaires. Prof Brent A Neuschwander-Tetri MD et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant – première, 7 novembre 2014

Financement :  National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases, Intercept Pharmaceuticals.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ