Nombre total de pages vues

mercredi 3 décembre 2014

#helminthe #ankylostome #MTN #Alumbricoides #Ttrichiuria Distribution spatio-temporelle des infections aux helminthes transmises par le sol en Afrique sub-Saharienne : revue systématique et méta-analyse géostatistique

Source iconographique et légendaire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ankylostomose#mediaviewer/File:Hookworm_LifeCycle(French_version).GIF
Il existe un intérêt croissant en matière de cartographie des risques prédictifs en matière de « maladies tropicales négligées (MTN)», plus particulièrement pour ce qui est de l’évaluation de la chimiothérapie préventive, de la surveillance et des efforts d’éradication  à appliquer. Les helminthes transmis par le sol (ankylostome, Ascaris lumbricoides, et Trichuris trichiuria) sont les MTNs les plus répandues, toutefois, les analyses de répartition géographique de ces affections sont rares. Notre but était de prédire la distribution spatiale et temporelle des infections par les helminthes transmises par le sol, incluant le nombre de personnes infectées et les traitements nécessaires en Afrique sub-saharienne.

Nous avons effectué des recherches systématiques dans les bases de données PubMed, Web of Knowledge, et le African Journal Online depuis sa création juqu’au 31 décembre 2013, sans distinction linguistique, pour y identifier les enquêtes géoréférencées. Nous avons extrait des données à partir d’enquêtes à domicile sur les provenances des eaux de boisson, les sanitaires, et le niveau d’études des femmes. Des modèles statistiques bayésiens ont été utilisés afin d’ordonner les données dans l’espace et estimer le risque d’ankylostome, d’A lumbricoides et de T trichiuria à partir d’une grille de 1 million de pixels et d’une résolution spatiale de 5 km x 5 km. Nous avons calculé les besoins en traitements contre les helminthes sur la base des directives de l’OMS (traitement de tous les enfants d’âge scolaire une fois par an si la prévalence dans cette population se situe entre 20% et 50% ou deux fois par an si la prévalence est supérieure à 50%).

Nous avons identifié 459 rapports d’enquête pertinents référençant 6 040 localisations discrètes. Nous avons estimé la prévalence de l’ankylostome, d’A lumbricoides, et T trichiuria chez les enfants d’âge scolaire à partir de l’an 2000 à 16.5%, 6.6% et 4.4%. Ces estimations sont de 52% à 74% plus basses que celles des enquêtes effectuées avant 2000, et ont rejoint les valeurs relevées dans toutes les communautés de populations. Nous avons estimé à 123 millions le nombre de doses de traitement contre les helminthes nécessaires par an.

Les schémas de transmission des infections par les helminthes en Afrique sub-saharienne ont changé, et la prévalence de cette infection à diminué en ce début de millénaire, probablement dû au développement socioéconomique et au développement de programmes de vermifugation à grande échelle. La stratégie globale de contrôle devrait être réévaluée, en mettant l’accent chez les adultes, dans l’optique d’une éradication au niveau local. Dimitrios-Alexios Karagiannis-Voules MSc et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant-première, 3 décembre 2014


Financement : Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique, Conseil Européen pour la Recherche

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ