Nombre total de pages vues

mercredi 25 février 2015

#thelancethaematology #leucémielymphoblastiqueaigüe #radioimmunothérapie #90Y-DOTA-epratuzumab Administration de l’anticorps anti-CD22 epratuzumab tetratexan 10Y marqué chez des adultes atteints de leucémie lymphoblastique réfractaire ou récidivante à cellules B CD-22 positives : étude d’accroissement de dose de phase 1

Différenciation du tissu lymphoïde B normal et origine des différentes hémopathies lymphoïdes B
LAL: leucémie aiguë lymphoblastique; LLC/SLL: leucémie lymphoïde chronique/lymphome lymphocytique;
LBDGC: lymphome B diffus à grande cellules
Source iconographique et légendaire: http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/102/Chapitre_16.html 
La leucémie lymphoblastique aigüe récidivante ou réfractaire est d’un mauvais pronostic et de nouveaux traitements sont nécessaires. Notre but était d’étudier la faisabilité, la tolérance, la dosimétrie, et l’efficacité de la radioimmunothérapie avec l'anticorps anti-CD22 epratuzumab tetraxetan marqué au yttrium-90 (90Y-DOTA-epratuzumab) en cas de leucémie lymphoblastique aigüe réfractaire ou récidivante à cellules B CD22 positives dans une étude de phase 1 (standard 3+3).

Des adultes (18 ans) atteints de leucémie lymphoblastique aigüe à cellules B récidivante ou réfractaire (avec expression de CD22 sur au moins 70% des cellules blastiques) ont été recrutés dans six centres situés en France. Les patients ont reçu un cycle de 90Y-DOTA-epratuzumab aux jours 1 et 8 (+/- deux jours) à un des quatre niveaux de dose suivants, successivement : 2.5 mCi/m2 (92.5 MBq/m; niveau 1), 5.0 mCi/m2 (185 MBq/m; niveau 2), 7.5 mCi/m2 (277.5 MBq/m; niveau 3), 10.0 mCi (370 MBq/m; niveau 4). L’objectif principal était d’identifier la dose maximale de 90Y-DOTA-epratuzumab tolérée. Nous avons relevé les paramètres d’innocuité pendant les perfusions et, régulièrement, - sur une période de 6 mois -, après la radioimmunothérapie. Les analyses ont uniquement inclus les patients qui ont reçu le traitement de radioimmunothérapie. (…).

Entre le 25 août 2011 et le 11 juin 2014, 17 patients (de 62 ans d’âge médian ; de 27 à 77 ans) ont été traités (cinq au niveau 1, trois au niveau 2, trois au niveau  3, et six au niveau 4). Les perfusions de radioimmunothérapie était bien tolérées dans l’ensemble. Un effet toxique limitant (aplasie d’une durée de 8 semaines) est survenue au niveau 4 de dose administrée, mais la dose maximale tolérable n’a pas été atteinte. Les événements indésirables de grade 3-4 les plus fréquemment rencontrés étaient pancytopénie (un patient au niveau 2, un au niveau 3, et six au niveau 4) et infections (trois au niveau 1, un au niveau 2, et cinq au niveau 4).

La radioimmunothérapie  90Y-DOTA-epratuzumab est bien tolérée. Nous recommandons la dose de 2 x 10.0 mCi/m2 avec une période d’une semaine entre les cycles pour les études de phase 2. Dr Patrice Chevallier MD et al, dans The Lancet Haematology, publication en ligne en avant - première, 24 février 2015

Financement : Immunomedics et Direction de la Recherche Clinique de Nantes

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ