Nombre total de pages vues

lundi 30 mars 2015

#trendsincellbiology #cellules #tissus #adhésioncellulaire #signalisation #protéomique #intégrines Propriétés émergentes des complexes d’adhésion cellulaire : qui sont-ils et que font-ils ?

Les intégrines forment une grande famille de molécules d'adhérence. On les trouve sous forme d'hétérodimères composés de sous-unités α et β  (poids moléculaire d'environ 120 kDa et 90 kDa) qui elles-mêmes présentent plusieurs types susceptibles de former diverses combinaisons (α5β1 ou α2 etc.) Sur les leucocytes mais aussi sur les plaquettes circulant dans le sang, les intégrines se trouvent dans un état inactif (non reconnaissance de leur ligand). Leur activation nécessitera la présence de chémokines. En revanche, dans le cas des cellules assemblées en tissu, les intégrines sont toujours dans un état actif et permettent donc le bon ancrage cellulaire (…).
Source iconographique et légendaire: http://ressources.unisciel.fr/biocell/chap3/res/fig22-bis.jpg
La régulation de la machinerie de l’adhésion cellulaire est liée à une large variété de processus développementaux et pathologiques, survenant en priorité au sein des complexes d’adhésion associés aux intégrines. Ici, nous passons en revue les récentes avancées ayant permis une compréhension approfondie de la composition, de l’organisation et de la dynamique de ces complexes ; fournissant ce faisant une mise à jour de leurs fonctions émergentes.
Les découvertes clé sont que les complexes d’adhésion contiennent à la fois des éléments-clé et des éléments non-canoniques. Du fait de la progression spectaculaire de l’étendue des connaissances acquises ;  la variété des composantes observées dans les complexes d’adhésion - grâce notamment à la protéomique - nous permet d’élaborer sur les nouvelles fonctions émergentes de signalisation de l’adhésion cellulaire.
Nous en concluons qu’en partant d’une perspective constituée de systèmes cellulaires ou tissulaires, la signalisation d’adhésion devrait être  considérée comme une propriété émergente, à la fois des éléments centraux et des éléments non-canoniques des complexes d’adhésion. Jonathan D. Humphries et al, dans Trends in Cell Biology - 1128, publication en ligne en avant – première, 27 mars 2015

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire