Nombre total de pages vues

vendredi 8 mai 2015

#thelancet #vintage #méningite #méningocoque #nasopharynx Note sur un cas de méningite cérébro-spinale : La ténacité du méningocoque

Le soldat Louis Etienne Gougnard mobilisé au 138ème R.I.T, est mort à l'hôpital Aufrédy, La Rochelle, France, le 7 mai 1915 , d'une méningite cérébro-spinale.
Source: http://milleansabouhet.pagesperso-orange.fr/html/fichier-photo/guerre14-18/pages/hopital.aufredy.htm
Le cas dont la présentation est faite ci-après, peut-être d’intérêt pour ce qui est de montrer la période de temps au cours de laquelle il est encore possible d’observer la présence du méningocoque dans le nasopharynx après guérison apparente de la maladie.

Un cas de méningite cérébro-spinale m’a personnellement été notifié le 2 mars 1915, le matin même du décès du patient après 5 jours de maladie. C’était un garçon de 9 ans. Après enquête à propos de ce cas précisément, j’ai découvert que son frère aîné était rentré de Deal (Royaume – Uni), après son renvoi de l’armée le 2 février 1915. Il se sentait malade, souffrant de maux de tête et de douleur au niveau des membres ; partageant le même lit que son jeune frère déjà mentionné. Une semaine plus tard, se sentant mieux, il s’en est rentré chez lui, dans sa ville, et repris un travail. Le 31 mars, j’ai prélevé un échantillon au niveau de son nasopharynx, et l’ai immédiatement envoyé pour examen au Laboratoire de Bactériologie du comté, à Weston-super-Mare, et ai reçu le 4 avril un certificat du Dr. W. G. Savage statuant « Méningocoque présent ».
Le cas est intéressant, du fait qu’il montre que malgré une survie de seulement cinq heures dans un prélèvement, le méningocoque survit pendant au moins deux mois au niveau du nasopharynx. Henry J. Alford, M.D. Lond., Medical Officer of Health of Taunton ; dans The Lancet, 8 mai 1915

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire