Nombre total de pages vues

lundi 14 septembre 2015

#thelancetoncology #leucémielymphoïdechronique #ofatumumab Maintien sous ofatumumab versus placement en observation en cas de leucémie lymphoïde chronique récidivante

Leucémie lymphoïde chronique.
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/une-nouvelle-piste-pour-freiner-la-croissance-des-tumeurs
L’ofatumumab est un anticorps monoclonal humain anti-CD20 dont l’efficacité contre la leucémie lymphoïde chronique réfractaire a été prouvée. Nous avons étudié l’efficacité et la sécurité du maintien sous ofatumumab versus placement en observation chez des patients en rémission après traitement de ré-induction d’une leucémie lymphoïde chronique récidivante.

Pour cette étude de phase 3 multicentrique et randomisée en ouvert, des patients âgés de 18 ans ou plus ont été recrutés dans 130 centres situés dans 24 pays. Ces patients étaient atteints de leucémie lymphoïde chronique après rémission complète ou partielle après traitement de deuxième ou troisième intention. Les patients éligibles présentaient un indice de performance OMS de 0-2, avaient subi une évaluation de la relation dose-effet au cours des 3 mois précédents, ne présentaient ni pathologie réfractaire, ni anémie hémolytique autoimmune, ni infection chronique ou active requerrant traitement, et n’avaient pas précédemment reçu de traitement de maintien ou subi de transplantation autologue ou allogénique de cellules souches. Nous avons réparti de manière aléatoire (1:1) les patients à l’aide d’une liste de randomisation générée par système informatique centralisé et un système interactif de reconnaissance vocale pour recevoir l’ofatumumab (300 mg suivi de 1 000 mg une semaine plus tard et toutes les 8 semaines pour une durée allant jusqu’à deux ans) ou être soumis à observation. La randomisation a été stratifiée par nombre et type de traitements suivis et état de rémission après traitement d’induction (taille des blocs : quatre). L’assignation aux traitements s’est faite en ouvert. Le critère principal d’évaluation était l’évaluation de la survie sans progression par l’investigateur dans la population en intention de traiter. Nous rapportons les résultats d’une analyse intermédiaire après la survenue des deux tiers des événements planifiés à l’avance (progression de la maladie ou décès). Les inclusions sont maintenant terminées, toutefois, le suivi est toujours en cours. (…).

Entre le 6 mai 2010 et le 19 juin 2014, nous avons recruté 474 patients : 238 patients ont été répartis de manière aléatoire pour recevoir un traitement ofatumumab de maintien, et 236 patients ou pour placement en observation. Un (<1%) patient du groupe ofatumumab n’a pas reçu son traitement (retrait de consentement). La durée médiane de suivi était de 19.1 mois (Intervalle Interquartile -IQR- 10.3-28.8). La survie sans progression de la maladie était améliorée chez les patients du groupe ofatumumab (29.4 mois, IC 95% 26.2-34.2), en comparaison de ceux assignés à observation (15.2 mois, 11.8-18.8 ; hazard ratio 0.50, IC 95% 0.38-0.66 ; p<0.0001). Les événements indésirables de grade 3 ou plus les plus communs se survenant jusqu’à 60 jours après la dernière administration du traitement étaient neutropénie (56 [24%] patients sur 237 dans le groupe ofatumumab versus 23 [10%] patients sur 237 dans le groupe observation) et infections (31 [13%] versus 20 [8%]). 20 (8%) patients sur 237 du groupe ofatumumab et trois (1%) patients sur 237 du groupe d’observation ont présenté des évènements indésirables les conduisant à interrompre définitivement le traitement. Jusqu’à 60 jours après la dernière administration de traitement, deux décès reliés à des évènements indésirables dans le groupe ofatumumab et cinq décès reliés aux évènements indésirables sont survenus dans le groupe observation ; aucun décès n’était imputable au médicament à l’étude.

Ces données sont importantes pour le développement de stratégies optimales de maintien chez des patients atteints de leucémie lymphoïde chronique, notamment à une époque de développement de thérapies ciblées, dont beaucoup sont administrées jusqu’à progression.  Prof Marinus H J van Oers, MD, et al, dans The Lancet Ocology, publication en ligne en avant-première, 13 septembre 2015

Financement : Glaxosmithkline et Genmab  


Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire