Nombre total de pages vues

mardi 15 décembre 2015

#thelancetrespiratorymedicine #insuffisancerespiratoire #électro-myostimulation #MPOC #SENM #quadriceps Stimulation électrique neuromusculaire et amélioration de la capacité d’exercice chez des patients atteints de MPOC : essai randomisé en double-aveugle et contrôlé par placebo

MPOC signifie maladie pulmonaire obstructive chronique. La MPOC est le nouveau nom pour deux majeures maladies pulmonaires qui causent une obstruction des voies aériennes: la bronchite chronique et l'emphysème. Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada.
Source iconographique et légendaire: http://www.livingwellwithcopd.com/fr/quest-ce-que-la-mpoc.html
Une dysfonction des muscles squelettiques, accompagnée d’une intolérance à l’exercice, sont des faits communs dans la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Nous avons évalué l’efficacité d’une stimulation électrique neuromusculaire (SENM)  comme kinésithérapie à domicile.

Dans cet essai en double-aveugle, contrôlé par placebo, mis en œuvre dans trois sites du UK National Health Service (Service National de Santé du Royaume-Uni), nous avons réparti de manière aléatoire (1:1) des adultes atteints de MPOC, présentant un volume expiratoire maximum en une seconde (VEMS1) inférieur de 50% aux prédictions, et un essoufflement invalidant (niveau sur l’échelle de dyspnée du Conseil Médical à la Recherche 4), pour recevoir de la SNEM active ou placebo tous les jours pendant 6 semaines. La randomisation était  réalisée par un système indépendant utilisant la technique de minimisation pour équilibration de la population selon l’âge, le stade GOLD de leur MPOC, et la vigueur du quadriceps. Ni les participants, ni les experts chargés du recueillir les résultats n’avaient accès au tableau de randomisation. Le critère principal d’évaluation était les changements observés au niveau de l’épreuve de marche de six minutes (6MWT) entre la mesure effectuée à la ligne de base et la mesure effectuée à six semaines après inclusion.  L’analyse a été réalisée sur population en intention de traiter. L’essai (…) est maintenant fermé.

Entre le 29 juin 2012 et le 4 juillet 2014, nous avons recruté 73 participants, dont 52 ont été répartis de manière aléatoire ; 25 pour recevoir une SENM active et 27 pour recevoir une SENM placebo. Les changements observés dans les scores obtenus au 6MWT en distance parcourue étaient plus élevés chez les participants du groupe SENM active (moyenne 29.9 [Intervalle de Confiance -IC- 95% de 8.9 à 51] comparé aux participants du groupe placebo (-5.7 [de -19.9 à 8.4] ; différence moyenne à 6 semaines 35.7 m [IC 95% de 10.5 à 60.9]; p=0.005). (…).
6 semaines après interruption de l’intervention, les effets de la SENM s’estompaient (7.3 m [IC 95% de -32.5 à 47.0] ; p=0.50). La proportion de participants qui présentaient des évènements indésirables étaient similaires dans les deux groupes (cinq [20%] dans le groupe SENM active et neuf [33%] dans le groupe placebo). Deux participants (un participant dans chaque groupe) ont rapporté un érythème persistant, éventuellement lié à la SENM et à l’utilisation d’électrodes adhésives.

La SENM améliore la capacité fonctionnelle d’exercice chez les patients atteints de MPOC sévère en améliorant la masse musculaire et la vigueur fonctionnelle du quadriceps. Ces données confirment l’utilité de l’utilisation de la SENM pour le traitement de patients chez lesquels la thérapie par réhabilitation pulmonaire conventionnelle n’est pas envisageable. Des travaux supplémentaires seront nécessaires pour déterminer comment pérenniser l’effet bénéfique de la SENM.  Dr Matthew Maddocks, PhD, et al, dans The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant-première, 14 décembre 2015.

Financement : National Institute for Health Research.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire