Nombre total de pages vues

mercredi 16 mars 2016

#thelancet #viruszika #microcéphalie Association entre virus Zika et microcéphalie en Polynésie Française entre 2013 et 2015 : étude rétrospective

Le virus Zika se transmet d'homme à homme par le biais d'une piqûre de moustique Aedes. afp.com/RAUL ARBLOLEDA
Source iconographique et légendaire: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/virus-zika-et-malformations-le-risque-est-complique-a-evaluer-mais-il-existe_1758314.html
L’apparition du virus Zika au sein des Amériques a coïncidé avec l’augmentation de la publication de rapports relatifs aux nouveaux-nés atteints de microcéphalie. Le 1er février 2016, l’OMS a déclaré « urgence de santé publique de portée internationale » le lien suspecté entre virus Zika et microcéphalie. Cette association n’a cependant pas été précisément quantifiée pour l’instant.

Nous avons analysé de manière rétrospective les données d’une épidémie au virus Zika survenue en Polynésie Française, qui s’est révélée être l’épidémie la mieux documentée avant celle survenue aux Amériques. Nous avons fait usage de données sérologiques et de surveillance, afin d’estimer la probabilité d’infection au virus Zika au cours de chacune des semaines renseignée de l’épidémie, et recherché les dossiers médicaux hospitaliers permettant d’identifier tous des cas de microcéphalie survenus entre septembre 2013 et juillet 2015. Des modèles simples d’évaluation ont été utilisés afin d’étudier les périodes de risque en cas de grossesse, au moment où le virus Zika pourrait voir le risque de microcéphalie augmenter et donc en estimer le risque associé.

L’épidémie du virus Zika a commencé en octobre 2013 et s’est terminée en avril 2014; 66% (Intervalle de Confiance -IC- 95% 62-70) de la population générale a été contaminée. Des huit cas de microcéphalie détectés au cours des 23 mois au cours desquels l’étude a été réalisée, sept (88%) sont survenus au cours de la période de 4 mois s’étendant du 1er mars au 10 juillet 2014. Le calendrier d’apparition de ces cas était expliqué par la période de risque correspondant au premier trimestre de grossesse. Dans ce modèle, la prévalence de la microcéphalie était de deux cas (IC 95% 0-8) pour 10 000 nouveaux-nés à la ligne de base, et le risque de microcéphalie associé à une infection au virus Zika était de 95 cas (34-191) pour 10 000 femmes infectées au cours du premier trimestre de grossesse. Nous ne pouvons exclure un risque accru de microcéphalie au cours des trimestres suivants, mais les modèles excluant le premier trimestre n’étaient pas étayés par les données.

Nos résultats fournissent une estimation quantitative du risque de microcéphalie chez les fœtus et nouveaux-nés, dont les mères sont infectées par le virus Zika. Dr Simon Cauchemez, PhD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 15 mars 2016

Financement : Labex-IBEID, NIH-MIDAS, AXA Research fund, EU-PREDEMICS.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ