Nombre total de pages vues

jeudi 8 septembre 2016

#trendsinendocrinologyandmetabolism #REDD1 #mTORC1 REDD1 est-elle une éminence grise métabolique ?

Régulation tissu-spécifique de mTORC1 par l'hypoxie et l'AMPK. Les voies de signalisation majeures sont indiquées par des flèches et traits noirs continues.
Source iconographique et légendaire: http://mcb.asm.org/content/31/9/1870/F9.expansion.html
La protéine « Regulated in development and DNA damage response 1 »  (REDD1) est fonctionnellement liée au contrôle de divers processus cellulaires du fait - tout du moins en partie - de sa capacité à réprimer la cible mammifère du complexe mTORC1, un complexe protéique clé contrôlé par les hormones et les nutrients. En particulier, des données nouvelles suggèrent que REDD1 soumet également à régulation plusieurs voies de signalisation impliquées dans la régulation du bilan énergétique et le métabolisme. Ici, nous discutons des évidences impliquant REDD1 comme modulateur clé de l’action de l’insuline et des fonctions métaboliques incluant sa potentielle contribution à la biologie mitochondriale et à la fonction des îlots pancréatiques. Collectivement, et contrairement à ce que l’on croyait jusqu’ici, les données disponibles suggèrent que REDD1 joue un rôle cardinal dans l’homéostasie de l’énergie, et installe REDD1 comme cible potentielle dans le traitement des troubles métaboliques. Christina Lipina et Harinder S Hundal, et al, dans Trends in Endocrinology & Metabolism, publication en ligne en avant-première, 6 septembre 2016

Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ