Nombre total de pages vues

mardi 18 octobre 2016

#thelancetdiabetesandendocrinology #perturbateursendocriniens Exposition aux perturbateurs endocriniens chimiques aux Etats-Unis : charge de morbidité dans la population et analyse des coûts engendrés

La structure et la forme du nonylphénol (à droite) ressemble assez à celle de l'hormone naturelle estradiol (à gauche) pour que cette dernière, par effet mimétique agisse comme perturbateur endocrinien. Les récepteurs hormonaux de l'organisme confondent en quelque sorte la seconde avec la première.
Source iconographique et légendaire: https://fr.wikipedia.org/wiki/Perturbateur_endocrinien#/media/File:NonylphenolEstradiol.png
Les perturbateurs endocriniens chimiques (PEs) contribuent au développement de maladies et de dysfonctionnements physiologiques; et sont associés à des coûts de santé importants (>1% du produit intérieur brut [PIB] dans l’Union Européenne). L’exposition aux PEs varie beaucoup entre les Etats – Unis et l’Europe du fait des différences dans la réglementation en vigueur. Donc, notre but était de quantifier la charge de morbidité et les coûts économiques s’y reliant afin d’établir une comparaison de l’état des lieux entre Etats – Unis et Europe.

Nous avons utilisé les modèles existants pour l’évaluation des études épidémiologiques et toxicologiques afin d’atteindre un consensus dans l’expression des probabilités dans l’évaluation de la causalité pour 15 relations exposition-réponse entre substances et troubles. Nous avons utilisé les méthodes de Monte Carlo afin de définir des plages de probabilité réalistes pour ce qui est des coûts en fonction des relations d’exposition-réponse, en tenant compte de certaines incertitudes. Les estimations étaient basées sur la population et les coûts aux Etats-Unis en 2010. Les coûts pour l’Union Européenne étaient convertis en dollars US -US$- (1€=1.33$).

Les coûts engendrés pour les PEs étaient beaucoup plus élevés aux Etats-Unis qu’en Europe (340 milliards $ [2.33% du PIB] versus 217 milliards $ [1.28%]). La différence était principalement due à la perte de points de Quotient Intellectuel (QI) et de déficience intellectuelle due aux éthers diphényles polybrominés (PBDE) (11 millions de points de QI perdus et 43 000 cas pour des coûts s’élevant à 266 milliards $ aux Etats – Unis versus 873 000 points de QI perdus et 3 290 cas pour des coûts s’élevant à 12.6 milliards $ en Union Européenne). En tenant compte des probabilités des liens de causalité, les pesticides organophosphorés étaient considérés comme les contributeurs les plus importants pour ce qui est des coûts associés à l’exposition aux PEs en Union Européenne (121 millions $), alors que les coûts engendrés par les pesticides aux USA étaient beaucoup moins élevés (42 milliards $).

Certaines maladies et déficiences sont imputables à l’exposition aux PEs aux Etats-Unis, avec des coûts annuels correspondant à plus de 2% du PIB. Les différences avec l’Union Européenne suggèrent le besoin d’un meilleur dépistage des troubles du système endocrinien dus aux perturbateurs chimiques, ainsi que l’amplification d’une prévention proactive. Teresa M Attina, MD, et al, dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne en avant-première, 17 octobre 2016   

Financement :  Endocrine Society, Ralph S French Charitable Foundation, and Broad Reach Foundation.  

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire