Nombre total de pages vues

lundi 24 octobre 2016

#thelancetinfectiousdiseases #microfilarémie #filarémie #loase #Loaloa #mortalité Mortalité excessive en association avec la loase : étude rétrospective de cohorte basée sur une population

Cycle du microfilaire Loa loa
Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Loase
Le fardeau de la loase n’a suscité qu’une attention limitée jusqu’à présent; étant encore, à ce jour, considérée comme une pathologie bénigne. Afin d’évaluer si la loase est associée un taux de mortalité plus élevé, nous avons effectué une étude rétrospective de cohorte au Cameroun.

En 2001, 3 627 sujets vivant dans 28 villages ont été examinés pour détection d’une éventuelle infection à Loa loa. En 2016, les villages ont à nouveau été visités, avec pour but de définir le statut vital de 3 301 sujets (91% de la population sélectionnée initiale). Les données ont été analysées au niveau communautaire afin de définir la relation entre le niveau d’infection à L loa en 2001 et les taux de mortalité standardisés, d’évaluer la mortalité excessive par rapport statut de microfilarémie au niveau individuel, et de calculer la fraction de mortalité attribuable à la microfilarémie à L loa dans cette population.

915 décès sont survenus au cours de la période de suivi (période moyenne de suivi 12.5 ans [Intervalle Interquartile -IQR- 10.2-14.9]) entre avril 2001 et le 22 mars 2016. Les taux bruts de mortalité étaient de 20.3 décès pour 1 000 personnes-années. Les taux standard de mortalité ont montré une croissance de 4.1% lorsque la proportion de participants infectés présentant un taux de microfilarémie supérieur à 30 000 microfilaires par mL augmentait de 1% (p=0.030). Les personnes âgées de plus de25 ans présentant une concentration de plus de 30 000 microfilaires par mL décédaient significativement plus tôt que les personnes amicrofilarémiques (rapport de temps 0.67, Intervalle de Confiance [IC] 95% 0.48-0.95, p=0.024). La fraction de mortalité attribuable à la filarémie était de 14.5% (IC 95% 6.5-21.8, p=0.0001) dans cette population.

La microfilarémie à L loa de haut grade est associée à un risque augmenté de mortalité, suggérant que la loase n’est pas une pathologie bénigne ; et que ladite pathologie mérite beaucoup d’attention du fait que son effet sur les stratégies de contrôle de l’onchocercose et des maladies lymphatiques. La loase devrait être prise en considération pour inclusion dans la liste officielle des maladies tropicales négligées de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Dr Cédric B Chesnais, MD, et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant – première, 21 octobre 2016

Financement : Initiative pour la promotion de Médicaments pour le traitement des Maladies Négligées

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ