Nombre total de pages vues

vendredi 25 novembre 2016

#trendsinpharmacologicalsciences #anxiété #dépendance #nicotine Anxiété et dépendance à la nicotine : rôle émergent du tractus habenulo-interpédonculaire

Patch de nicotine actuellement utilisé pour le sevrage tabagique.
Source:https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nicoderm.JPG 
Les approches modernes et innovantes en neuroscience ont aidé à l’identification anatomique et physiologique des circuits neuronaux impliqués dans les comportements relevant d’émotions négatives, telles que ceux répondant à la peur ou l’anxiété ; cependant le mode de mobilisation de ces circuits reste peu connu, que ce soit en situation normale ou que ce soit en situation pathologique.
Récemment, les outils génétiques permettant la manipulation sélective de populations discrètes de neurones ont permis de redécouvrir un circuit sous étudié, le tractus habenulo-interpédonculaire médial (voie mHb-IPN), qui joue un rôle modulateur des réponses aux émotions négatives à l’état basal (en l’absence de stimuli).
Il est également intéressant de constater que la voie mHb-IPN représente aussi une voie essentielle de signalisation de l’augmentation de l’anxiété observée lors de la privation de nicotine. Des éclairages sur les interconnections s’établissant entre régions plus classiquement associées à l’anxiété, ainsi que le décryptage de l’effet neuroadaptatif dû à une exposition chronique à la nicotine, résultant en un état anxiogène, pourrait ce faisant ouvrir à des stratégies nouvelles avec des cibles nouvelles avec pour but la mise en place de thérapies nouvelles facilitant l’arrêt du tabagisme, et de soulagement de l’anxiété.  Susanna Molas, et al, dans Trends in Pharmacological Sciences, publication en ligne en avant-première, 24 novembre 2016


Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire