Nombre total de pages vues

vendredi 3 mars 2017

#cell #terre #soupeprimitive #métabolisme #phosphate Vestiges d’un métabolisme ancien sans Phosphate

Est - il possible que des systèmes vivants proviennent de réseaux métaboliques anciens, avant l'incorporation de phosphate?
Le phosphate est essentiel à tous les systèmes vivants, il représente un élément de construction de la machinerie génétique et métabolique. Cependant, la question de savoir comment le phosphate pouvait avoir assuré ce rôle central dans la soupe primordiale, au vu de sa faible accesibilité goéochimique, reste aujourd'hui sans réponse. 
Nous avons utilisé des approches de biologie des systèmes pour l’exploration des hypothèses alternatives selon lesquelles un protométabolisme pourrait avoir apparu avant l’incorporation du phosphate. Etonnamment, nous avons identifié un métabolisme central indépendant du phosphate pouvant se produire à partir de simples composés prébiotiques. Ce réseau est supposé soutenir la biosynthèse d’un large éventail de biomolécules clé. Cet enrichissement sert aux enzymes utilisant les groupements fer-souffre, et le fait que les goulets d’étranglement thermodynamique sont plus facilement surmontables par les couplages thiosester que les couplages phosphate, suggère que ce réseau pourrait représenter un « fossile métabolique » d’une biochimie précoce non-enzymatique et dépourvue de phosphate. Nos résultats corroborent et étendent les propositions précédentes selon lesquelles un supposé métabolisme basé sur les thioesters pouvait avoir précédé l’incorporation de phosphate et l'existence d’un système génétique basé sur l’ARN. Joshua E. Goldford, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 2 mars 2017


Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ