Nombre total de pages vues

mardi 7 mars 2017

#thelancetoncology #mélanome #BRAF #MEK Une seconde chance de succès avec les inhibiteurs de BRAF et de MEK dans le mélanome

Ganglion lymphatique avec invasion presque complète par le mélanome métastatique. La pigmentation brune correspond à un dépôt de mélanine.
Source iconographique et légendaire: https://en.wikipedia.org/wiki/Melanoma#/media/
Les mutations activatrices de BRAF peuvent être détectées chez environ 40% des patients atteints de mélanome métastatique et ces mutations se retrouvent de manière disproportionnée chez les patients en dessous de cinquante ans. Le traitement de patients atteints de mélanomes avec mutations BRAFV600, recevant des traitements combinant des inhibiteurs de BRAF et de MEK présentent des réponses complètes et partielles chez presque 70% d'entre eux; ces traitements sont généralement bien tolérés. Cependant, malgré une réponse rapide à l’inhibition combinée de BRAF et de MEK, la progression de la maladie survient à la suite d’une période médiane de 11 mois, avec peu de patients restant sans progression au-delà de 15 mois. Kelly G Paulson, John A Thompson, Comment, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant-première, 3 mars 2017

Source : The Lancet Oncology / Traduction et adaptation : NZ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire