Nombre total de pages vues

mardi 25 avril 2017

#thelancetdiabetesandendocrinology #diabètedetype1 #fatigue #TCC Application web pour thérapie cognitivo-comportementale combinée à des sessions d’entretien face à face pour le traitement de la fatigue chronique dans le diabète de type 1 : essai multicentrique randomisé et contrôlé

Le schéma montre comment les émotions, la pensée, et les comportements s'influencent mutuellement (en rouge). Le triangle au centre représente les principes de la Thérapie Cognitive Comportementale, selon lesquels les convictions fondamentales (en noir) se rangent dans trois catégories: soi-même, les autres, et le futur (en bleu)
Source iconographique et légendaire:   https://en.wikipedia.org/wiki/File:Depicting_basic_tenets_of_CBT.jpg
La fatigue dans le diabète de type 1 est à la fois fréquente et persistante ; mais aucun traitement fondé sur des éléments tangibles n’est disponible à ce jour. Notre but était de poursuivre des investigations relatives à l’efficacité d’une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour la réduction de la sévérité de la fatigue chez les patients atteints de diabète de type 1.

Nous avons effectué un essai randomisé et contrôlé dans un centre médical universitaire et quatre hopitaux universitaires situés aux Pay-Bas. Les patients éligibles étaient âgés de 18 ans à 70 ans et présentaient un diabètet de type 1 depuis au moins une année et une fatigue chronique pour au moins 6 mois. Nous avons réparti les patients de manière aléatoire (1:1) pour soins de fatigue par thérapie cognitivo-comportementale ou liste d’attente par randomisation, dont la séquence était générée par ordinateur ; cette randomisation était stratifiée par type de recrutement. L’intervention TCC (Dia Fit) était prodiguée pendant 5 mois sous sa forme combinée, consistant en des entretiens en face à face et des sessions par application web. Le critère principal de l’étude était la sévérité de la fatigue évaluée 5 mois après randomisation, directement après intervention  ou période passée sur liste d’attente, à l’aide de la sous-échelle individuelle de résistance à la fatigue à plusieurs paramètres de mesure. Les critères secondaires de l’étude étaient évaluation des altérations fonctionnelles (par mesure du profil d’impact pathologique 8 – sickness impact profile 8 dans le texte), le contrôle glycémique (HbA1c) et les variations de la glycémie. Les analyses ont été effectuées sur population en intention de traiter. (…).

Entre le 6 février 2014 et le 24 mars 2016, nous avons réparti de manière aléatoire 120 patients éligibles pour suivi de la TCC (n=60)  ou mise sur liste d’attente (n=60), tous les patients ont été inclus dans les analyses sur population en intention de traiter. En comparaison des patients sur liste d’attente, le groupe TCC présentait des scores de sévérité de fatigue significativement plus faibles (différence moyenne 13.8, Intervalle de Confiance [IC] 95% 10.0-17.5 ; p<0.0001) ainsi que des scores d’altération fonctionnelle significativement plus faibles (différence moyenne 513, IC 95% 340-686 ; p<0.0001) 5 mois plus tard. Les variations en HbA1c et en glycémie n’ont pas présenté de changement après le traitement et aucune différence intergroupe n’a été relevée. Cinq patients du groupe TCC et sept patients du groupe liste d’attente ont rapporté des événements indésirables ; aucun d’entre eux n’a été imputé à l’étude d’intervention en tant que telle.

Bien que nos résultats nécessitent confirmation par le truchement d’études plus importantes et à plus long terme, ils suggèrent que la TCC peut réduire effectivement réduire la sévérité de la fatigue et les altérations fonctionnelles liées au diabète de type 1.  Juliane Menting, MSc, dans The Lancet Diabetes and Endocrinology, publication en ligne en avant-première, 24 avril 2017

Financement : Fonds Néerlandais de Recherches sur le Diabète

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

1 commentaire: