Nombre total de pages vues

lundi 18 septembre 2017

#thelancetdiabetesandendocrinology #diabètedetype1 #HbA1c #dapaglifozine Efficacité et innocuité de la dapagliflozine chez des patients atteints d’un diabète de type 1 non contrôlé de manière adéquate (DEPICT-1) : résultats à 24 semaines d’un essai de phase 3 multicentrique, en double-aveugle, randomisé, contrôlé.

L'insuline est synthétisée et sécrétée par les îlots du pancréas endocrine. Chez les patients diabétiques de type 1, Le pancréas est en situation de total tarissement d'insuline, à la fois sur le plan de la synthèse et sur le plan de la sécrétion. Il faut alors recourir à l'administration d'insuline de substitution
Source iconographique:  https://simple.wikipedia.org/wiki/Diabetes_mellitus#/media/File:Pancreas_insulin_beta_cells.png
La dapaglifozine est un inhibiteur du cotransporteur sodium-glucose - 2 (SGLT-2) ratifié pour le traitement du diabète de type 2. Notre but était d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de la dapaglifozine comme traitement d’appoint à l’insuline injectée en continu sous forme de débit ajustable chez des patients atteints de diabète de type 1 non contrôlé de manière adéquate.

DEPICT-1 est un essai de phase 3 multicentrique, à trois bras, randomisé, en double-aveugle, à groupes parallèles, effectué au niveau de 143 sites situés dans 17 pays. Les patients éligibles étaient âgés de 18 ans à 75 ans, présentaient un diabète de type 1 non contrôlé de manière adéquate ([HbA1c] située entre 7.7% et 11.0% [≥ 61.0 mmol/mol et ≤ mmol/mol]) et chez qui il avait été prescrit de l’insuline pendant au moins les 12 mois précédant leur recrutement. Après une période préparatoire de 8 semaines permettant d’optimiser la gestion du diabète, les patients ont été tirés au sort (1:1:1) à l’aide d’un système vocal interactif pour recevoir dapaglifozine 5 mg une fois par jour ou  dapaglifozine 10 mg une fois par jour, per os, ou le placebo correspondant. La randomisation a été stratifiée par l’utilisation de monitorage du glucose en temps réel, la méthode d’administration de l’insuline, et [HbA1c] à la ligne de base. Le critère principal d’efficacité était le changement de [HbA1c] après 24 semaines de traitement, par rapport à la ligne de base dans l’ensemble d’analyse intégral, comprenant l’ensemble des patients randomisés qui avaient reçu au moins une dose du médicament à l’étude. 55 patients supplémentaires, qui n’avaient pas été randomisés correctement et qui recevaient uniquement la dapaglifozine ont été inclus dans la population analysée. (…). Le recueil de données pour la présente analyse s’est terminée le 4 janvier 2017, et une phase d’extension de l’essai de 28 semaines est en cours.

Entre le 11 novembre 2014 et le 16 avril 2016, 833 patients ont été assignés aux groupes de traitements et inclus dans les analyses d’innocuité (dapaglifozine 5 mg [n=277] versus dapaglifozine 10 mg [n=296] versus placebo [n=260] ; 778 de ces patients étaient répartis de manière aléatoire et inclus dans l’ensemble d’analyse intégral pour les analyses d’efficacité (258 versus 259 versus 260 ; différence due à une erreur de randomisation affectant 55 patients). 
La [HbA1c] moyenne à la ligne de base était de 8.53% (70 mmol/mol ; Erreur Standard -ES- 0.67% [7.3 mmol/mol]). À la semaine 24, à la fois la prise d’une dose quotidienne per os de 5 mg et d’une dose quotidienne per os de 10 mg ont permis la réduction significative de [HbA1c] en comparaison du placebo (différence moyenne de la ligne de base à la semaine 24 pour dapaglisfozine 5 mg versus placebo était de -0.42% [Intervalle de Confiance -IC- 95% de -0.56 à -0.28 ; p<0.0001] ; et pour dapaglifozine 10 mg versus placebo, cette différence était de -0.45% [IC 95% de -0.58 à -0.31 ; p<0.0001]). 
Parmi les patients des groupes dapaglifozine 5 mg (n=277), dapaglifozine 10 mg (n=296), et placebo (n=260), les événements indésirables les plus communément rencontrés étaient nasopharyngite (38 [14%] versus 36 [12%] versus 39 [15%]), infection du tractus urinaire (19 [7%] versus 11 [4%] versus 13 [5%]), infection du tractus respiratoire supérieur (15 [5%] versus 15 [5%] versus 11 [4%]), et céphalée (12 [4%] versus 17 [6%] versus 11 [4%]). De l’hypoglycémie est survenue chez 220 (79%), 235 (79%), et 207 (80%) patients dans les groupes dapaglifozine 5 mg, dapaglifozine 10 mg et placebo respectivement ; de l’hypoglycémie sévère est survenue chez 21 (8%), 19 (6%), et 19 (7%) patients, respectivement. De la kétoacidose diabétique est survenue chez quatre (1%) patients dans le groupe dapaglifozine 5 mg, cinq (2%) patients dans le groupe dapaglifozine 10 mg, et trois (1%) dans le groupe placebo.

Nos résultats suggèrent que la dapaglifozine est un traitement d’appoint à l’insuline prometteur pour l’amélioration du contrôle de la glycémie chez des patients atteints d’un diabète de type 1 non contrôlé de manière adéquate.  Dr Paresh Dandona, MD, et al, dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne en avant-première, 18 septembre 2017

Financement : AstraZeneca et Bristol-Myers Squibb

Source : The Lancet Online / Traduction et adpatation : NZ