Nombre total de pages vues

mardi 19 septembre 2017

#thelancetrespiratorymedicine #exclusif #sédation #ventilation #chirurgie Interruption immédiate d’une sédation en comparaison d’une sédation habituelle postopératoire chez des patients gravement malades (SOS-Ventilation) : essai clinique randomisé, à groupes parallèles

Ventilation par ballon et masque.
Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mask_Ventilation.jpg
L’évitement d’une sédation excessive accompagnée d’une ventilation mécanique prolongée ultérieure -technologie appliquée en Unité de Soins Intensifs (USI)- est recommandée, il n’existe toutefois aucune donnée dans la littérature concernant son application chez les patients postopératoires gravement malades. Nous avons émis l’hypothèse que l’interruption de la sédation suivant immédiatement leur admission en USI pourrait permettre de réduire la fréquence des sédations non-nécessaires et améliorer les résultats chez ces patients.

Nous avons effectué un essai clinique à groupes parallèles dans trois USIs situés en France. La randomisation stratifiée avec minimisation (1:1 par plateforme internet à accès restreint) était appliquée chez des patients éligibles (âgés de 18 ans et plus, admis en USI après chirurgie abdominale et nécessitant une ventilation mécanique d’au moins 12 heures du fait d’une maladie grave définie par un score > 1 de défaillance séquentielle d’organe - quel que soit l’organe considéré -, mais exempts de syndrome aigu de détresse respiratoire ou lésion cérébrale) pour recevoir les soins de sédation habituels selon les méthodes recommandées (groupe de contrôle) ou pour immédiatement interrompre la sédation (groupe d’intervention). Le critère principal d’évaluation était le temps consacré pour parvenir à une extubation réussie (défini par le temps écoulé entre la randomisation et l’extubation (ou retrait d'un masque de trachéotomie […]). Tous les patients ayant subi une randomisation (sauf ceux exclus après la randomisation) étaient inclus dans l’analyse d’intention de traiter. (…).

Entre le 2 décembre 2011 et le 27 février 2014, 137 patients ont été tirés au sort pour être placés dans les groupes de contrôle (n=68) et d’intervention (n=69). Dans l’analyse d’intention de traiter, le temps écoulé jusqu’à l’extubation était significativement plus bas dans le groupe d’intervention que dans le groupe de contrôle (période médiane de 8 h [Intervalle Interquartile -IQR- 4-36] versus 50 h [29-93] ; différence entre les groupes -33.6 h [Intervalle de Confiance -IC- de -44.9 à -22.4] ; p<0.0001). Les odds ratios ajustés étaient de 5.2 (IC 95% 3.1-8.8, p<0.0001).

L’immédiate interruption de la sédation chez des patients postopératoires gravement malades présentant une dysfonction organique ; admis en USI juste après une chirurgie abdominale a amélioré les résultats en comparaison de la poursuite d’une sédation habituelle. Ces résultats suggèrent d’immédiatement interrompre la sédation chez ces patients suivant leur sortie de salle d’opération. Prof Gérald Chanques, et al, MD, et al, dans The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant-première, 18 septembre 2017

Financement : Délégation à la Recherche Clinique et à l'Innovation du Groupement de Coopération Sanitaire de la Mission d'Enseignement, de Recherche, de Référence et d'Innovation (DRCI-GCS-MERRI) de Montpellier-Nîmes.

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ