Nombre total de pages vues

mardi 7 novembre 2017

#thelancetneurology #exclusif #polyneuropathieinflammatoiredémyélinisantechronique #immunoglobulines Immunoglobulines par voie sous-cutanée pour traitement de maintien dans la polyneuropathie inflammatoire démyélininisante chronique (PATH) : un essai de phase 3 randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo

La propagation du potentiel d'action est plus rapide dans les fibres myélinisées que dans les fibres démyélinisées (à gauche).
Source iconographique et légendaire: https://en.wikipedia.org/wiki/Polyneuropathy
Environ deux – tiers des patients atteints de polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC) nécessitent un traitement par administration d’immunoglobulines par voie intraveineuse. Les immunoglobulines par voie sous-cutanée (IgSC) est une option alternative d’administration des immunoglobulines, ladite option n’a toutefois pas encore été explorée à l’occasion d’un essai PIDC important. L’étude PATH avait pour but la comparaison des taux de rechute chez les patients recevant IgSC versus placebo.

Entre le 12 mars 2012 et le 20 septembre 2016, nous avons effectué une étude chez des patients provenant de 69 centres de référence neuromusculaires situés en Amérique du Nord, Europe, Israel, Australie, et au Japon. Des adultes, atteints de PIDC avérée ou probable, répondant à un traitement par administration d’immunoglobulines par voie intraveineuse étaient éligibles. Nous avons réparti de manière aléatoire des participants pour recevoir 0.2 g/kg ou 0.4 g/kg d’une solution de IgSC à 20% (IgPro20) hebdomadaire versus placebo (solution d’albumine humaine à 2%) pour traitement de maintien pendant 24 semaines. Nous avons effectué une randomisation 1:1:1 à l’aide d’un système interactif de réponse vocale par blocs de six, stratifiée par région (Japon et non-Japon). Le critère principal était la proportion de patients présentant une récidive de PIDC ou qui étaient sortis d’étude pour quelque raison que ce soit, au cours de 24 semaines de traitement. Ni les patients, ni le personnel soignant, ni le personnel de l’étude, incluant les agents chargés de l’évaluation des résultats, n’avaient accès au tableau de randomisation. Les analyses ont été effectuées sur la population en intention de traiter et sur la population per protocole. (…).

Dans cette étude randomisée, en double – aveugle, contrôlée par placebo, nous avons réparti de manière aléatoire 172 patients dans les groupes : 57 patients (33%) ont rejoint le groupe placebo, 57 patients (33%) ont rejoint le groupe de traitement à faible dose et 58 (34%) ont rejoint le groupe de traitement  à dose élevée. Dans la population en intention de traiter, 36 (63% [22-46]) patients sous placebo, 22 (39% [27-52]) patients sous traitement à faible dose de IgSC, et 19 (33% [22-46]) patients sous traitement à dose élevée ont récidivé ou sont sortis d’étude pour d’autres raisons (p=0.0007). La diminution en risque absolu était de 25% (Intervalle de Confiance [IC] 95% 6-41) pour le groupe à faible dose versus placebo (p=0.007), 30% (12-46) pour le groupe traitement à dose élevée versus placebo (p=0.001), et de 6% (de -11 à 23) pour le groupe à dose élevée versus le groupe à faible dose (p=0.32). Les événements indésirables liés à l'étude sont survenus chez 47 (27%) patients (dix [18%] dans le groupe placebo, 17 [30%] dans le groupe traitement à faible dose, et 20 [34%] dans le groupe traitement à dose élevée). Six (3%) patients ont présenté 11 événements indésirables graves : un (2%) patient dans le groupe placebo, trois (5%) dans le groupe de traitement à faible dose de traitement, et deux (3%) dans le groupe de traitement à dose élevée ; seul un événement (réaction allergique cutanée aigüe) a été considéré comme lié à l'étude.

Cette étude, qui, à notre connaissance est l’essai PIDC le plus important réalisé à ce jour [et la première étude PIDC d’évaluation de l’administration d’immunoglobulines à deux dosages au cours d’un même protocole], a montré que les deux doses de IgSC IgPro20 étaient efficaces et bien tolérées, suggérant ce faisant que IgSC peut être appliquée comme traitement de maintien du PIDC. Prof Ivo N van Schaik, MD, et al, dans The Lancet Neurology, publication en ligne en avant-première, 6 novembre 2017

Financement : CSL Behring

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ