Pages vues le mois dernier

lundi 16 avril 2018

#thelancetendocrinologyanddiabetes #diabètedetype2 #fonctionrénale #néprilysine Effet de l’inhibition de la néprilysine sur la fonction rénale chez des patients atteints de diabète de type 2 et d’insuffisance cardiaque chronique placés sous doses cibles d’inhibiteurs du système rénine-angiotensine : analyse secondaire de l’essai PARADIGM-HF

Structure de la néprilysine
Source: https://en.wikipedia.org/wiki/File:Neprilysin_1r1h.png

L’inhibition de la néprilysine provoque des effets favorables lorsqu’appliquée à des modèles expérimentaux de néphropathie diabétique. Notre but était d’évaluer les effets de l’inhibition de la néprilysine sur l’évolution de la fonction rénales chez les patients atteints de diabète de type 2.

Dans cet essai PARADIGM-HF randomisé, en double aveugle, les effets du sacubitril/valsartan (97 mg/103 mg deux fois par jour) ont été comparés avec les effets de l’enalapril (10 mg deux fois par jour) chez 8399 patients atteints d’insuffisance cardiaque légère à modérée et de dysfonctionnement systolique. Dans cette analyse secondaire en intention de traiter, nous avons évalué le changement en taux de filtration glomérulaire estimé (eGFR) après une période de suivi de 44 mois chez des patients atteints de diabète (n=3784) et non atteints de (n=4615) de diabète. (…).

L’eGFR a diminué de 1.1 mL/min par 1.73 m2 par an (Intervalle de Confiance [IC] 95% 1.0-1.2) chez les patients non-diabétiques, par contre, cette diminution était de 2.0 mL/min par 1.73 m2 par an (1.9-2.1) chez patients diabétiques (p<0.0001). En comparaison des patients sous enalapril, ceux recevant le traitement sacubitril/valsartan présentaient une diminution plus lente de l’eGFR (-1.3 versus -1.8 mL/min pour 1.73 m2 par an ; p<0.0001), et l’amplitude du bénéfice était plus important chez les patients atteints de diabète versus les patients non atteints de diabète (différence 0.6 mL/min pour 1.73 m2 par an [IC 95% 0.4-0.8] chez des patients atteints versus 0.3 mL pour 1.73 m2 (0.2-0.5) chez les patients non-atteints de diabète ; pinteraction=0.038). L’effet plus important sur l’inhibition de la néprilysine chez les patients atteints de diabète ne pouvait pas s’expliquer par les effets du traitement sur l’évolution de l’insuffisance cardiaque ou les niveaux d’HbA1c. La progression du bénéfice thérapeutique sous sacubitril/valsartan chez les patients diabétiques n’était plus détectable lorsque les changements en eGFR étaient exprimés en fonction du niveau urinaire de guanosine monophosphate cyclique -GMPc- (p=0.41).

Chez les patients dont le système rénine-angiotensine est déjà bloqué au maximum, l’adjonction d’un inhibiteur de la néprilysine atténue les effets du diabète d’accélération de la détérioration de la fonction rénale survenant chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque chronique. Prof Milton Packer, MD, et al, dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, publication en ligne en avant-première, 13 avril 2018

Financement : Novartis

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ