Nombre total de pages vues

jeudi 6 septembre 2018

#thelancet #couverturesantitaireuniverselle #décès Mortalité due à une mauvaise qualité des systèmes de santé à l’ère de la couverture sanitaire universelle : analyse systématique des décès qui en résultent dans 137 pays

Mesure des signes vitaux d'un patient dans un dispensaire de Ouakam, Sénégal.
Ce dispensaire a été réalisé grâce à une aide de la US Army.
Source iconographique et légendaire: http://www.eucom.mil/media-library/photo/18843/eucom-photo

La couverture sanitaire universelle a été proposée comme stratégie d’amélioration de la santé dans les pays à faible revenu et les pays à revenu moyen (LMICs). Cependant, la mise en place de cette stratégie dépend de la fourniture de soins de bonne qualité. Nous estimons l’excès de mortalité dans les conditions ciblées dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (SDG) liées aux soins de santé à cet excès de moralité due à la faible qualité des soins prodigués dans 137 LMICs, dans lesquels la mortalité excessive concerne des décès qui ne seraient pas survenus dans des contextes à système de santé solide.

A l’aide de données extraites de l’étude sur la Charge de Morbidité dans le Monde 2016, nous avons calculé la mortalité imputable aux soins de santé individuelle pour 61 pathologies en comparant le taux de létalité entre chaque LMIC avec les chiffres correspondants d’observation dans 23 pays de référence à haut revenu pourvus d’un système de santé solide. Nous avons utilisé les données relatives à l’utilisation des soins de santé extraites d’enquêtes pour estimer la portion de mortalité qui en résulte, attribuable à la non-utilisation des soins de santé versus celle attribuable à la mauvaise qualité des soins reçus.

15.6 millions de décès excessifs en conséquence de 61 pathologies sont survenus dans les LMICs en 2016. Après exclusion des décès qui auraient pu être évités par la prise de mesures de santé, 8.6 millions de décès excessifs ont été attribués aux soins de santé en tant que tels, dont 5 millions ont été imputés à des soins de mauvaise qualité et 3.6 millions à la non utilisation des soins de santé. La mauvaise qualité des soins était la cause majeure de l’excès de mortalité, toutes pathologies imputables confondues, des maladies cardiovasculaires et accidents aux troubles néonatals aux maladies non-contagieuses.

La couverture sanitaire universelle pourrait, dans le cadre des Objectifs de Développement Durable, empêcher 8.6 millions de décès par an, si et seulement si un élargissement de la couverture du service est accompagné d’investissements dans des systèmes de soins de grande qualité. Margaret E Kruk, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 5 septembre 2018

Financement : Fondation Bill & Melinda Gates

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ
Enregistrer un commentaire