Pages vues le mois dernier

vendredi 23 novembre 2018

#TrendsInEndocrinologyAndMetabolism #cancer #lipoprotéines Composants de Haute Densité des Lipoprotéines et leur Fonctionnalité dans le Cancer : Etat de l’Art

Les cellules cancéreuses nécessitent un surplus de cholestérol pour conserver des niveaux élevés de prolifération. Ce cholestérol en excès est fourni à la fois par l'intermédiaire d’une régulation à la hausse de la biosynthèse de cholestérol, les voies de captation du LDL-Cholestérol (LDL-C), l’inhibition du catabolisme du cholestétrol, et l’exportation du cholestérol associée aux lipoprotéines. Ainsi, le contrôle de la baisse du cholestérol sous médiation des niveaux de récepteurs X du foie est sous régulation de l’induction de l’expression de des transporteurs à ATP-binding cassette (ABC) (ABCA1 et ABCA2), de la dégradation des récepteurs des lipoprotéines à faible densité (LDLR), et aussi de l’apoptose caspase-dépendante; peut se faisant causer la prolifération cellulaire, l’inhibition, et la stimulation de l’apoptose chez les cellules tumorales. De plus, l’activation de LXR supprime la prolifération des cellules cancéreuses en déstabilisant les voies de signalisation clé comme celle du facteur de croissance épidermique (EGFR), par la régulation négative de la signalisation de la survie de la protéine kinase B (Akt) et l’induction de l’apoptose des cellules cancéreuses. 

Le cancer est la deuxième cause principale de décès dans les pays occidentaux ; ainsi, il représente un problème de santé publique important. 
Alors qu’il est bien reconnu que le régime alimentaire, l’obésité, et le tabagisme sont des facteurs de risque de cancer, le rôle des bas niveaux de cholestérol HDL (HDL-C) est moins bien connu. Des évidences conflictuelles suggèrent que les niveaux de HDL-C sériques pourraient être positivement ou négativement associées à l’incidence de cancer et de la mortalité qui en résulte. L’argument en faveur de telles associations, disparates en apparence, est mû par la multitude des fonctions assurées par les lipoprotéines de haute densité (HDL) qui ont toutes un impact sur la biologie de la cellule cancéreuse. Le but de cette revue de littérature est de fournir une vue d’ensemble complète de la diaphonie entre les HDLs et le cancer, en se concentrant plus particulièrement sur les mécanismes moléculaires sous-jacents de cette association. Shiva Ganjali, et al, dans Trends in Endocrinology and Metabolism, publication en ligne en avant-première, 22 novembre 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ
Enregistrer un commentaire