Pages vues le mois dernier

vendredi 14 décembre 2018

#Cell #gène #hétérogénéité La Dynamique Intrinsèque d’un Gène Humain Révèle la Base de l’Expression de l’Hétérogénéité

Marquage MS2 des loci endogènes
L'imagerie du site de transcription montre une hétérogénéité d'activité transcriptionnelle
Il est décrit ici un modèle d'intégré de régulation génique
La régulation transcriptionnelle chez les métazoaires survient par le truchement de contacts prolongés entre amplificateurs et promoteurs de gènes ; ainsi, la plupart des gènes sont transcrits en « rafales épisodiques » de synthèse d’ARN. 
Afin de comprendre la relation s’établissant entre ces deux phénomènes et la relation dynamique des gènes en réponse à des signaux s’opérant en amont, nous décrivons l’utilisation de l’imagerie de l’ARN sur cellules vivantes couplée avec la méthode de capture de conformation chromosomique au niveau du génome entier (Hi-C) et disséquons la régulation endogène du gène TFF1 répondant aux œstrogènes. 
Bien que TFF1 soit hautement inductible, nous observons de courtes périodes actives et des périodes inactives de durée variable allant de quelques minutes à plusieurs jours. L’hétérogénéité des périodes inactives donne lieu à ce que l’on appelle communément le « bruit » dans l’expression génique humaine et explique la distribution des protéines dans les tissus humains. 
Nous construisons ce faisant un modèle mathématique de régulation relayant la transcription, la structure chromosomique, et la capacité de la cellule à capter les changements de niveaux en oestrogènes et à prédire l’importante dynamique de cette hypervariabilité ; tout cela ne reflète toutefois pas un état biologique stable. Joseph Rodriguez, et al, dans Cell, publication en ligne en avant-première, 13 décembre 2018

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ
Enregistrer un commentaire