lundi 1 avril 2019

#thelancet #obésité #apnée #ventilation Efficacité à long terme de la ventilation à pression positive continue versus ventilation non invasive chez des patients atteints du syndrome obésité-hypoventilation : essai multicentrique en ouvert, randomisé et contrôlé

Machine à ventilation à pression positive continue (CPAP)
Source iconographique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Continuous_Positive_Airway_Pressure_machine_2006.jpg

Le syndrome obésité-hypoventilation est habituellement traité à l’aide de la ventilation à pression positive continue (CPAP) au cours du sommeil. La technique de ventilation non-invasive est plus complexe et plus coûteuse que la CPAP mais peut être avantageuse du fait qu’elle fournit une assistance respiratoire. Aucun essai à long terme n’a, jusqu’à présent, été réalisé dans le but de comparer ces modalités de traitement. Ainsi, notre but était de déterminer l’efficacité à long terme de ces deux modalités de traitement.

Nous avons réalisé un essai multicentrique, ouvert, randomisé et contrôlé dans 16 sites de recherche clinique situés en Espagne. Nous avons inclus des patients âgés de 15 ans à 80 ans, atteints d’un syndrome obésité-hypoventilation non traité et présentant un index d’apnée-hypopnée de 30 événements ou plus par heure (h). Nous avons réparti les patients au hasard - à l’aide d’un système de randomisation utilisant une base de données électronique - pour recevoir un traitement de ventilation non-invasif ou de ventilation à pression positive continue. À la fois les investigateurs et les patients avaient accès au tableau de randomisation. L’équipe de recherche n’était impliquée ni dans les prises de décision relatives aux traitements, ni dans la durée de l’hospitalisation au cours du traitement, ni dans l’ajustement des traitements, ni dans l’arbitrage des causes de survenue d’évènements cardiovasculaires ou de décès. (…). Le critère principal d’évaluation de l’étude était le nombre de jours d’hospitalisation par an. L’analyse a été réalisée selon le principe de l’intention de traiter. (…).

Du 4 mai 2009 au 25 mars 2013, 215 patients ont été répartis de manière aléatoire : 100 patients dans le groupe ventilation non-invasive et 115 dans le groupe ventilation à pression positive continue ; 97 patients du groupe ventilation non-invasive et 107 patients du groupe ventilation à pression positive continue ont été inclus dans l’analyse. La période médiane de suivi était de 5.44 ans (Intervalle Interquartile [IQR] 4.45-6.37) pour l’ensemble de tous les patients, 5.37 ans (4.36-6.32) dans le groupe ventilation à pression positive continue, et 5.55 ans (4.53-6.50) dans le groupe ventilation non-invasive. Le nombre moyen de jours d’hospitalisation par patient-année était de 1.63 (Déviation Standard - DS – 3.74) dans le groupe ventilation à pression positive continue et de 1.44 (3.07) dans le groupe ventilation non-invasive (taux ajusté 0.78, Intervalle de Confiance [IC] 0.34-1.77 ; p=0.561). Les évènements indésirables étaient similaires entre les deux groupes.

Chez les patients atteints d’un syndrome obésité-hypoventilation stable présentant des apnées du sommeil obstructives sévères, la ventilation non-invasive et la ventilation à pression positive continue présentent une efficacité similaire à long terme. Du fait que la ventilation à pression positive continue est une technique de ventilation à la fois plus simple et moins coûteuse, cette technique CPAP pourrait être préférable comme modalité traitement de ventilation de première intention jusqu’à publication de résultats de nouvelles études. Juan F Masa, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 29 mars 2019

Financement : Institut de Santé Carlos III, Fondation Espagnole pour les Maladies Respiratoires, et Air Liquide Espagne

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: