lundi 22 juillet 2019

#thelancet #lune #médecinespatiale Atterrissage sur la lune : médecine spatiale et héritage du projet Apollo

L’astronaute Edwin E Aldrin Jr, pilote du module lunaire, marche sur la surface de la lune dans l’exercice de son activité extravéhiculaire au cours de la mission Apollo 11, le 20 juillet 1969. C’est l’astronaute Neil A Armstrong, commandant, qui prit la photo.  

Le 20 juillet 1969, après une descente finale périlleuse, Neil Armstrong, commandant d’Apollo 11 et Edwin « Buzz » Aldrin Jr, pilote du module lunaire firent leur historique atterrissage sur la surface de la Lune. L’Administration Nationale de l’Aéronautique et de l’Espace des États-Unis (NASA) estime qu’au total, 400 000 personnes ont été impliquées dans cet effort. La main-d’œuvre du Projet Apollo avait travaillé sans relâche afin d’atteindre le but fixé par le président John F Kennedy des USA en 1961 de propulser un équipage humain jusqu’à la surface de la lune et de l’en faire revenir sur terre vivant, avant la fin de la décennie. Le Projet Apollo vit la technologie de pointe, la technologie et l’ingénierie appliquée à réaliser un exploit qui, incontestablement, restera au faîte de l’exploration dans l’histoire de l’espèce humaine. Le vol d’Apollo 11 avait été précédé d’un calendrier extrêmement serré de validation de lancement de nouveaux vaisseaux spatiaux et technologies spatiales nouvelles, testés en orbite autour de la Terre et de la Lune. Kevin Fong, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 20 juillet 2019

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ  

Aucun commentaire: