mercredi 4 septembre 2019

#thelancet #fibrillation auriculaire #antithrombotique #edoxaban #antagonistedelavitamineK Régime antithrombotique à base d’Edoxaban versus Régime antithrombotique à base d’antagoniste de la vitamine K après pose d’un stent coronaire chez des patients atteints de fibrillation auriculaire (ENTRUST-AF PCI) : essai de phase 3b randomisé, ouvert

Irrégularité ventriculaire évoquant une fibrillation auriculaire (1849)
Source iconographique et légendaire : https://www.flickr.com/photos/internetarchivebookimages/20051470694/

Notre but était d’évaluer l’innocuité de l’edoxaban en combinaison avec un inhibiteur du récepteur P2Y12 chez des patients atteints de fibrillation auriculaire qui avaient bénéficié d’une intervention coronarienne percutanée (ICP) au préalable.

ENTRUST-AF PCI était un essai de phase 3b de non-infériorité randomisé, multicentrique, ouvert, avec évaluation des résultats en aveugle, réalisé dans 186 sites situés dans 18 pays. Les patients, atteints d’une fibrillation auriculaire nécessitant la prise d’anticoagulants per os, avaient au moins 18 ans, et avaient bénéficié avec succès d’une ICP pour traitement d’une maladie coronarienne stable ou d’un syndrome coronarien aigu. Les patients étaient répartis de manière aléatoire dans les groupes (1:1) 4 à 5 jours après ICP à l’aide d’une méthode de randomisation par système internet centralisé masqué, stratifié par blocs; pour recevoir soit [edoxaban (60 mg par jour) + un inhibiteur du récepteur P2Y12 pendant 12 mois] ou [un antagoniste de la vitamine K (VKA) en combinaison avec un inhibiteur du récepteur P2Y12 et de l’aspirine (100 mg une fois par jour, pendant 1 à 12 mois)]. 
La dose d’edoxaban était réduite à 30 mg par jour si un ou plusieurs facteurs (clairance de la créatinine située entre 15 et 50 mM/min, poids corporel 60 kg, ou l’utilisation concomitante de puissants inhibiteurs de la glycoprotéine P spécifiques) étaient présents. Le critère principal était le résultat composé des hémorragies majeures ou hémorragies non majeures significatives sur le plan clinique (CRNM) survenues au cours des 12 derniers mois. L’analyse principale était réalisée dans la population en intention de traiter et l’innocuité était évaluée chez tous les patients qui avaient reçu au moins une dose du médicament à l’étude qui leur était assigné. Le recrutement de cet essai est clos, et le suivi en est achevé (…).

Du 24 février 2017 au 7 mai 2018, 1 506 patients ont été recrutés et répartis au hasard dans les groupes pour être traités par le régime edoxaban (n=751) ou le régime VKA (n=755). La période médiane de temps s’écoulant entre l’ICP et la randomisation était de 45,1 h (Intervalle Interquartile -IQR- 22.2-76.2). Des évènements hémorragiques majeurs ou CRNM sont survenus chez 128 (17%) patients sur 751 (taux annualisé d’évènements 20.7%) avec le régime edoxaban et 152 (20%) patients sur 755 (taux annualisé d’évènements 25.6%) avec le régime VKA ; hazard ratio 0.83 (Intervalle de Confiance -IC- 95% 0.65-1.05 ; p=0.0010 pour la non-infériorité, hazard ratio de la marge 1.20 ; p=0.1154 pour la supériorité).

Chez les patients atteints de fibrillation auriculaire, le régime de traitement à base d’edoxaban était non-inférieur, en termes de survenue d’hémorragies en comparaison du régime de traitement à base de VKA, sans différences significatives en termes d’évènements ischémiques. Prof Pascal Vrancks, MD, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 3 septembre 2019

Financement : Daiichi-Sankyo

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ      

Aucun commentaire: