jeudi 19 septembre 2019

#thelancetinfectiousdiseases #paludisme #PCR Utilisation de stratégies de correction par PCR dans les essais cliniques de médicaments contre le paludisme : mises à jour et clarifications

Plasmodium falciparum. Copyright: DENNIS KUNNEL MICROSCOPY / SCIENCE PHOTO LIBRARY

Les analyses d’essais cliniques concernant des médicaments contre le paludisme réalisés dans des zones endémiques font face à un défi majeur d’interprétation, du fait qu’il est difficile d’établir si la parasitémie mesurée dans des échantillons de sang après traitement indiquent un échec du médicament ou une infection nouvelle, survenue après le traitement. Il est donc vital de distinguer de manière fiable les échecs thérapeutiques des infections nouvelles, de manière à obtenir des estimations précises des taux estimés d’échecs thérapeutiques. Cette distinction peut être obtenue pour Plasmodium falciparum en comparant les génotypes des parasites obtenus au moment du traitement (ligne de base) et le jour même de survenue de la récidive de la parasitémie. De telles investigations requièrent l’utilisation de la correction de traitement ajustée par la PCR pour obtenir des taux d’échecs précis, même pour l’évaluation de nouveaux médicaments efficaces. Malgré l’utilisation de la correction par PCR en routine pour la surveillance de la résistance aux médicaments et dans les essais cliniques de médicaments, des limitations inhérentes au méthodes de génotypage moléculaire ont conduit certains chercheurs à questionner la validité des stratégies actuelles de correction par PCR. Ici, nous décrivons et discutons les récents développements de ces approches de génotypage, avec une attention particulière sur les méthodes de validation et sur les limitations des stratégies de génotypage. Notre but est de mettre à jour les connaissances des scientifiques des organes publics et privés qui travaillent au développement, au déploiement et à la surveillance des nouveaux médicaments contre le paludisme. Notre avons pour but de promouvoir le dialogue autour de ces questions et défendons l’adoption de méthodologies uniformisées améliorées de correction par PCR. Prof Ingrid Felger, PhD, et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant-première, 17 Septembre 2019

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ  

Aucun commentaire: