vendredi 4 octobre 2019

#thelancetoncology #exclusif #CBNPC #lazertinib Lazertrinib chez des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules positif pour les mutations de l’EGFR : résultats d’une étude de phase 1-2 ouverte et multicentrique d’accroissement de dose et d’expansion de dose pour la première fois chez l’humain

Cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC)
Source iconographique: https://www.flickr.com/photos/euthman/5715460701

Les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) positif pour les mutations du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) recevant des inhibiteurs de la tyrosine kinase (TKI) développent inévitablement une résistance aux médicaments de première génération ou de deuxième génération. Nous avons étudié l’innocuité, la tolérance, la pharmacocinétique, et l’activité du lazertinib – un EGFR-TKI irréversible, de troisième génération mutant sélectif – chez des patients atteints de CPNPC avancé progressant après traitement EGFR-TKI.

Il s’agit d’une étude ouverte, multicentrique de phase 1-2 réalisée pour la première fois chez l’homme, en trois parties : escalade de dose, expansion de dose et extension de dose ; ici, nous rapportons les résultats obtenus au cours des étapes d’escalade de dose et d’expansion de dose. Cette étude a été réalisée dans 14 hôpitaux situés en Corée. Les patients éligibles étaient âgés de 20 ans ou plus, atteints d’un CPNPC avancé porteur d’une mutation  activatrice du R-EGF, en progression après traitement EGFR-TKI de première ou de deuxième génération, présentant un statut tumoral T790M défini, un statut de rendement ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) de 0-1, avec au moins une lésion extracranienne mesurable selon les critères d’évaluation RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors) version 1.1, et une fonction des organes préservée. Les patients ont été recrutés dans sept cohortes d’escalade de dose selon un schéma de roulement par six, cinq cohortes ont poursuivi l’étude sur l’étape d’expansion. Les patients ont reçu du lazertinib 20 mg, 40 mg, 80 mg, 120 mg, 160 mg, 240 mg, ou 320 mg per os une fois par jour selon des cycles de 21 jours. Les critères principaux d’évaluation étaient l’innocuité et la tolérance et les critères secondaires incluaient la réponse objective chez les patients évaluables. (…).

Entre le 15 février 2017 et le 28 mai 2018, 127 patients ont été recrutés dans le groupe d’escalade de dose (n=38) et d’expansion de dose (n=89). Aucune toxicité limitant la dose n’est survenue. Une augmentation dose-dépendante des événements indésirables a été relevée. Les événements indésirables les plus communément rapportés étaient éruptions  cutanées de grade 1-2 ou acné (chez 38 [30%] patients sur 127) et démangeaisons (chez 34 [27%]). Des événements indésirables de grade 3 ou de grade 4 sont survenus chez quatre (3%) patients ; des événements indésirables graves liés aux traitements ont été rapportés chez six patients (5%). Aucun décès lié à un événement indésirable ni de décès lié aux traitements n’a été relevé. La proportion de patients présentant une réponse objective était de 69 (54% ; Intervalle de Confiance [IC] 95% 46-63) sur 127.

Le lazertinib a présenté un profil d’innocuité acceptable et a montré une activité clinique prometteuse chez les patients atteints de CPNPC en progression sous traitement EGFR-TKI. Nos résultats justifient la poursuite de futures investigations cliniques. Myung-Ju Ahn, MD, et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant-première, 3 octobre 2019

Financement : Yuhan Corporation

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

R-EGF=EGFR

Aucun commentaire: