mercredi 11 décembre 2019

#trendsincellbiology #ADN #réparation Mobilité et Réparation de l’ADN Endommagé : Processus Aléatoire ou Dirigé ?

Quantification et Classification des Mouvements de l’ADN Endommagé

(A) Le Déplacement Quadratique Moyen (DQM – MSD dans le texte) est calculé pour chaque intervalle de temps, Δt. Notez que la moyenne des intervalles de temps courts (en violet) est calculée à partir d’un nombre de déplacements plus élevés que la moyenne des intervalles de temps plus longs (en bleu). Cela peut mener à l’obtention de données contenant du bruit à la fin d’un graphique de DQM.
(B) Différents types de déplacements sont représentés par des graphiques de DQM différents. Les mouvements browniens (aléatoires) augmentent de manière linéaire avec Δt, les plateaux de mouvements de (…) diffusion, alors que les mouvements de sur-diffusion présentent une augmentation caractéristique des valeurs de DQM qui va en s’accélérant en fonction de Δt. (C) Du fait que le DQM obéit à une loi de puissance, lorsqu’elle est représentée par un graphique réalisé à l’échelle logarithmique, la courbe forme pratiquement une droite. L’exposant d’anormalité, α, peut être estimé par calcul de la pente de la ligne ajustée. Abréviations : MSD, déplacement quadratique moyen.

La mobilité augmentée de l’ADN endommagé au sein du noyau peut promouvoir une stabilité du génome ainsi que la survie des cellules. Les approches nouvelles en biologie cellulaire ont indiqué que la mobilité de l’ADN endommagé présente à la fois des mouvements aléatoires et des mouvements dirigés au cours du processus de réparation de l’ADN. Ici, nous passons en revue les études récentes révélant collectivement que la coopération entre les différents mécanismes moléculaires qui sous-tendent les mouvements aléatoires et dirigés de l’ADN endommagé peuvent favoriser la réparation du génome. Nous passons également en revue les toutes dernières approches qui peuvent être utilisées pour distinguer entre mouvement aléatoire et mouvement dirigé de l’ADN endommagé ou d’autres composants moléculaires biologiques. La compréhension approfondie des mécanismes qui sous-tendent l’augmentation du mouvement de l’ADN endommagé au sein du noyau révélera en plus grand nombre des secrets de l’organisation et de la stabilité du génome qui restent à dévoiler; tout en pointant vers de nouvelles recherches et cibles thérapeutiques. Roxanne Oshidari, Karim Mekhail, Andrew Seeber, dans Trends in Cell Biology, publication en ligne en avant-première, 10 décembre 2019

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: