jeudi 27 février 2020

#thelancetrespiratorymedicine #gefapixant #touxrefractaire Gefapixant, un antagoniste du récepteur P2X3, pour le traitement de la toux chronique réfractaire ou inexpliquée : essai de phase 2b randomisé, en double – aveugle, contrôlé, à groupes parallèles

Personne souffrant de toux chronique (bronchectasie productrice de mucus)
Source iconographique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Depiction_of_a_person_suffering_from_Bronchiectasis.png

Le gefapixant est antagoniste du récepteur P2X3 qui s’est montré prometteur pour le traitement de la toux chronique réfractaire ou inexpliquée. Le but de cette étude était d’évaluer l’efficacité du gefapixant en comparaison du placebo après 12 semaines de traitement d’une toux chronique réfractaire ou d’une tous chronique inexpliquée.

Nous avons réalisé une étude de phase 2b d’une durée de 12 semaines, randomisée, en double-aveugle et contrôlée chez des patients en ambulatoire, atteints de toux chronique réfractaire ou d’une toux chronique inexpliquée, âgés de 18 ans à 80 ans, recrutés dans 44 centres de soins primaires en pneumologie ou allergologie situés au Royaume – Uni et aux États – Unis. Les patients éligibles étaient atteints de toux chronique réfractaire ou inexpliquée durant une période d’un an ou plus sans anomalie pulmonaire détectable par radiographie, présentant au recrutement une toux d’une intensité mesurée à 40 mm ou plus sur une échelle mesurant 100 mm au total. Les patients étaient répartis de manière aléatoire pour recevoir le placebo ou l’une des trois doses (7.5 mg, 20 mg, ou 50 mg) de gefapixant, deux fois par jour per os, chaque jour sur une période de 84 jours ; les visites sur le site d’investigation étaient réalisées aux jours 1, 28, 42, 84, et 85. Le calendrier de randomisation était généré par ordinateur à l’aide d’une algorithme par permutation de blocs mis au point par Advance Research Associates (Santa Clara, Ca, USA). Ni les patients, ni personnel impliqué dans la mise en œuvre et l’interprétation de l’étude, n’avaient accès au tableau de randomisation et d’attribution des traitements (produit à l’étude versus placebo). Le critère principal était le changement de fréquence de la toux ajustée au placebo après 12 semaines en comparaison avec la ligne de base, évaluée sur l’ensemble d’analyse intégral, sous-ensemble de la population en intention de traiter. Les évènements indésirables étaient relevés, et l’innocuité de l’essai était évaluée chez tous les patients recevant une dose ou plus du médicament à l’étude. (…).

Entre le 21 décembre 2015 et le 26 juillet 2016, 253 patients ont été répartis au hasard dans les groupes recevant le placebo (n=63), gefapixant 7.5 mg (n=64), gefapixant 20 mg (n=63), ou gefapixant 50 mg (n=63) deux fois par jour. La moyenne d’âge des patients était de 60.2 (Déviation Standard [DS] 9.9) ans et 193 (76%) étaient des femmes. À 12 semaines, la moyenne géométrique de fréquence de la toux était de 18.2 toux par h (DS 3.1) avec le placebo, de 14.5 toux par h (3.7) avec 7.5 mg, de 12.0 toux par h (4.2) avec 20 mg, et de 11.3 toux par (2.8) avec 50 mg de gefapixant. Le pourcentage de changement relatif par rapport au placebo était de -22.0% (de -41.8 à 4.6 ; p=0.097) avec 7.5 mg, de -22.2% (de -42.2 à 4.3 ; p=0.093) avec 20 mg, et -37.0 % (Intervalle de Confiance [IC] 95% de -53.3 à -14.9 ; p=0.0027) avec 50 mg de gefapixant. La dysgueusie était l’événement indésirable le plus communément rencontré, survenant chez trois (5%) patients recevant le placebo, six (10%) recevant le gefapixant 7.5 mg, 21 (33%) recevant le gefapixant 20 mg, et 30 (48%) recevant le gefapixant 50 mg.

Le ciblage du récepteur purinergique P2X3 avec le gefapixant dosé à 50 mg deux fois par jour a significativement réduit la fréquence de la toux chez les patients atteints de toux chronique réfractaire ou toux chronique inexpliquée après 12 semaines de traitement, en comparaison du placebo. La poursuite du développement du gefapixant est justifiée pour le traitement de la toux chronique. Prof Jaclyn A Smith PhD, et al, dans The Lancet Respiratory Medicine, publication en ligne en avant-première, 25 février 2020

Financement : Afferent Pharmaceuticals (acquisition de Merck & Co., Inc., Keniworth, HJ, USA).

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ      

Aucun commentaire: