vendredi 7 février 2020

#trendsinecologyandevolution #interactions #espècesanimales Vers une Compréhension Probabiliste Contexte-Dépendante des Interactions Entre les Espèces

Probabilité de persistance

La figure montre deux exemples de probabilité de persistance d’une communauté de trois espèces caractérisée par une structure communautaire A soumise à une dynamique équivalente au modèle de Lotka-Volterra. La région gris clair (sphère) représente l’espace paramétré entier correspondant à l’espace des taux de croissance phénoménologiques intrinsèques, forces motrices de la dynamique de la communauté. Les régions en bleu et en vert correspondent aux domaines de faisabilité DF(Aet de persistance DP(A), respectivement. La partie (A) de la figure montre que sans contrainte (ou de données préalables) dans l’espace paramétré, la probabilité de persistance est équivalente à la fraction du domaine de persistance dans la sphère. En revanche, la partie (B) de la figure montre que sous contraintes abiotiques, l’espace paramétré se réduit à une région restreinte (région gris foncé). Dans ce cas, la probabilité de persistance devient la fraction du domaine de persistance au sein de l’espace paramétré restreint.    

Des études expérimentales et observationnelles ont montré qu’une classe d’interaction entre deux espèces (qu’elle soit de dépendance, compétitive, antagoniste, ou neutre) peut commuter vers une autre classe d’interaction, dépendant de facteurs biotiques et abiotiques de l’environnement au sein duquel les espèces sont observées. Cette complexité apparaît de l’évidence de l'existence d'une dépendance fonction du contexte ; elle souligne la difficulté d’établir une analyse systématique de l’étendue du cadre des interactions inter-espèces observées dans la nature et lors d’approches expérimentales. 
Ici, nous proposons un cadre théorique fondamental intégrant des approches probabilistes et structurelles, afin d’établir dans quels contextes environnementaux les changements de classes d’interactions restent sans conséquence pour les espèces. Cette intégration fournit une plateforme systématique sur laquelle il est possible de formuler des hypothèses nouvelles, des prédictions claires, et des attentes quantifiables sur la contexte-dépendance des interactions inter-espèces.  Chuliang Song, et al, dans Trends in Ecology & Evolution, publication en ligne en avant-première, 29 janvier 2020

Source iconographique, légendaire et rédactionnelle : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ

Aucun commentaire: