Nombre total de pages vues

mercredi 11 mai 2011

Cancer du poumon à petites cellules

L'incidence et la mortalité par cancer du poumon à petites cellules à travers le monde représentent des questions notables de santé publique. Les diagnostics reposent sur l'histologie, avec usage d'études d'immunohistochimie pour confirmer les cas difficiles. Les patients typiques sont des hommes de plus de 70 ans, fumeurs ou anciens gros fumeurs, également atteints d'autres pathologies pulmonaires ou cardiovasculaires. Les patients présentent souvent des symptômes à développement rapide, dû à la croissance de la tumeur intrathoracique, son extension extrapulmonaire à distance, l'appartion de syndromes paranéoplasiques ou une combinaison de ces caractéristiques. Des chimiothérapies combinées, généralement à base de platine avec etoposide ou irinotecan sont généralement appliquées en traitement de première intention pour le cancer du poumon à petites cellules métastatique. Pour le cancer non métastatique, des données soutiennent l'application simultanée d'une radiothérapie thoracique. L'irradiation du crâne en prophylaxie est prise en compte chez les patients avec ou sans métastases, dont la maladie ne progresse pas, après chimiothérapie d'induction et radiothérapie. Malgré un taux élevé de réponses au traitement intitial, la plupart des patients rechutent. A part le topotecan, il reste alors peu d'options de traitement. Des voies de signalisation ont été identifiées, qui pourraient mener à de nouvelles cibles pour le développement de nouveaux médicaments. Prof Jan P Meerbeeck CMO et al, in The Lancet, Early Online Publication, 11 May 2011.

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ