Nombre total de pages vues

jeudi 24 novembre 2011

Imagerie post-mortem comme alternative à l'autopsie dans le diagnostic des décès à l'âge adulte: une étude de validation

Dr Christian Jackowski, expert agrée et directeur du Centre d'imagerie post-mortem de Zürich, Suisse. Source: health.siemens.com/.../
Les objections du public vis à vis des autopsies ont conduit à la recherche d'alternatives le moins invasives possible. L'imagerie a du potentiel, mais son exactitude n'est pas établie dans ce cadre là. Notre but était d'évaluer l'exactitude de l'imagerie post-mortem par tomographie informatisée ou scanner IRM; en comparaison d'une autopsie complète, effectuées sur une large population de personnes adultes décédées.

Cette étude a été réalisée dans deux (2) centres situés au Royaume - Uni, à Manchester et à Oxford, entre avril 2006 et novembre 2008. nous avons utilisé les techniques d'imagerie par tomographie informatisée (TI) du corps entier et par scanner IRM (IRM); suivi d'une autopsie complète pour mener à bien les investigations sur une population de personnes adultes décédées, dont les cas avaient été notifiés au médecine légiste. Les résultats de TI et d'IRM ont été rapportés indépendamment, chacun par 2 radiologues n'ayant pas accès aux résultats des autopsies. Les quatre (4) radiologues ont, à l'issue des examens, produit un rapport de consensus sur la base des résultats obtenus par les 2 techniques, sur les causes individuelles des décès (...) et statué sur le besoin au non d'une autopsie.

Nous avons évalué 182 cas de personnes adultes décédées, non sélectionnées (choisies au hasard). Le taux d'écart entre les causes de décès définies par radiologie et par autopsie étaient de 32% pour la TI, 43% pour l'IRM et 30% pour les rapports de consensus; le taux observé étant de 10% inférieur pour la TI par rapport au taux observé pour l'IRM. Les radiologues ont indiqué que l'autopsie était nécessaire pour 62 (34%) cas sur les 182 cas observés par TI; pour 76 (42%) cas sur les 182 cas observés par IRM; et pour 88 (48%) des 182 cas du rapport de consensus. De ces cas, le taux d'écart majeur, en comparaison des résultats obtenus par autopsie était de 10%, 21% et 16% respectivement; ce qui était significativement plus bas (p<0,0001) que pour les cas sans cause définie de décès. Les erreurs les plus communes dans l'identification des causes de décès par imagerie étaient ischémie cardiaque (n=27), embolie pulmonaire (n=11), pneumonie (n=13) et lésions intra abdominales (n=16).

Nous avons établi que, en comparaison de la traditionnelle autopsie, la TI représente la technique d'imagerie fournissant une meilleure exactitude que l'IRM pour définir les causes de décès (...). Néanmoins, les causes communes de mort subite sont fréquemment non décelées par les examens TI et IRM effectués post-mortem. Prof Ian SD Roberts FRCPath, in The Lancet, Early Online Publication 22 November 2011

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire