Pages vues le mois dernier

mardi 20 décembre 2011

Trouble dépressif majeur: nouvelles perspectives cliniques, neurobiolobiques et thérapeutiques

Apport de la neurobiologie dans la compréhension de la physiopathologie de la dépression. Le shéma ci-dessus montre comment les endocannabinoïdes (endoCB) agissent sur la plasticité synaptique à long terme grâce à leur action rétrograde sur l'élément pré-synaptique. (DLT: dépression à long terme). Médecine/Sciences, 2004
Source: www.inserm.fr/espace-journalistes/une-carence...
Dans ce séminaire, nous discutons des événements nouveaux, intervenus dans le diagnostic, la neurobiologie et le traitement du trouble dépressif majeur dans les cinq dernières années. Pour le diagnostic, les comorbidités physiques et psychiatriques ont été mises en avant comme facteurs primordiaux dans l'amélioration de l'évaluation et de la prise en charge de la dépression. Les connaissances en neurobiologie se sont également considérablement développées; notre but était donc de montrer les études génétiques, moléculaires, et en neuroimagerie pertinentes pour l'évaluation et le choix de traitement de ce trouble. Des études plus poussées de psychothérapie spécifique aux dépressions, la poursuite de l'utilisation des antidépresseurs, le développement de nouvelles molécules thérapeutiques, et la place faite aux nouveaux traitements somatiques sont aussi discutés. Nous posons également 2 questions novatrices, à propos des traitements:
1. le risque de suicide lié aux inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine, et
2. la sécurité de l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse.
Malgré les nettes avancées récemment accomplies, il n'existe pas de traitement pleinement satisfaisant dans la prise en charge de la dépression majeure. Prof David J Kupfer MD, Ellen Frank PhD, Mary L Phillips MD in The Lancet, Early Online Publication, 20 December 2011

Source: http://www.thelancet.com/ / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire