Nombre total de pages vues

vendredi 20 avril 2012

Evolution chez l'embryon animal précoce: conservation ou divergence?

Squelette d'embryon de petite roussette mis en évidence par marquage au bleu alcian. L'équipe "Biologie du Développement et Evolution" (Université Montpellier 2) s'intéresse aux variations dans le développement embryonnaire liées à l'évolution des morphologies. (...) Un modèle émergeant pour les vertébrés est la petite roussette Scyliorhinus canicula, un requin abondant en atlantique et ovipare.
Source iconographique et légendaire: http://www.isem.univ-montp2.fr/recherche/equipes/biologie-du-developpement-et-evolution/personnel/debiais-thibaud-melanie/
Il existe une remarquable similarité d'apparence chez les groupes d'espèces animales pendant les périodes de développement embryonnaire. Cette observation classique a longtemps été considérée comme la manifestation emphatique du principe de descendance commune. Malgré l'importance de la notion de conservation chez l'embryon comme concept unificateur, les modèles visant à prédire et expliquer les différents schémas de conservation au cours de l'évolution, restent controversés.

Ici, nous mettons l'accent sur le développement embryonnaire précoce et discutons certaines lignes d'évidences  - à partir de données moléculaires récentes - selon lesquelles les réseaux formés par le développement de stratégies évolutives des embryons animaux à un stade précoce ne sont pas, de fait, hautement conservés au cours de l'évolution. Munis de cette proposition, nous prétendons que la nature du développement précoce reflète souvent une adaptation à la vie dans diverses niches écologiques. Finalement, nous faisons la synthèses des idées anciennes et nouvelles pour proposer un modèle tenant compte des processus évolutifs par lesquels les embryons peuvent être conservés. Alex T. Kalinka and Pavel Tomancak, in Trends in Ecology and Evolution - 1528, online 18 April 2012, in press

Source: www.sciencedirect.com / Traduction et adaptation: NZ
Enregistrer un commentaire