Nombre total de pages vues

vendredi 21 septembre 2012

Mortalité après chirurgie en Europe: étude de 7 jours sur cohorte

Chirurgie assistée par ordinateur. Laboratoire de l'Unité Inserm 791, Laboratoire d'ingénierie ostéo-articulaire et dentaire, Faculté de chirurgie dentaire, Nantes, France
Source iconographique et légendaire:  http://www.inserm.fr/thematiques/technologies-pour-la-sante/dossiers-d-information/chirurgie-assistee-par-ordinateur

Les issues chirurgicales sont très peu décrites au niveau national. L’évidence d’une hétérogénéité entre les hôpitaux et les systèmes de santé montre que l’on peut potentiellement améliorer les soins prodigués aux patients, mais cette amélioration reste non confirmée. L’Etude Européenne « Résultats d’Actes Chirurgicaux » - Surgical Outcome Study dans le texte – était une étude internationale mise au point pour étudier les résultats après actes de chirurgie non-cardiaque en Europe.
Nous avons effectué cette étude de cohorte sur 7 jours entre le 4 avril 2011 et le 11 avril 2011. Nous avons recueilli les données relatives aux patients consécutifs âgés de 16 ans et plus, subissant un acte chirurgical à l’hôpital, dans 498 hôpitaux situés dans 28 pays européens. Les patients ont été suivis sur une période maximale de 60 jours. La principale variable mesurée était la mesure de la mortalité au cours de l’hospitalisation. Les variables secondaires mesurées étaient la durée d’hospitalisation et le taux d’admission en soins intensifs. Les comparaisons des variables nominales ont été effectuées à l’aide des tests de Chi-2 et de Fischer ; et les variables continues à l’aide du test de t et du test  U de Mann-Whitney. Les différences ont été définies comme significatives pour p<0,05. Nous avons construit des modèles de régression logistique pour l’ajustement des différences de taux de mortalité entre les pays.
Nous avons inclus 46 539 patients, dont 1 855 (4%) sont décédés avant la sortie de l’hôpital. 3 599 patients (8%) ont été placés en soins intensifs après chirurgie, pour une durée médiane de 1,2 jours (Intervalle interquartile - IQR - 0,9-3,6). 1 358 (73%) patients qui sont décédés n’ont pas été admis en soins intensifs, après avoir leur chirurgie. Les taux bruts de mortalité étaient très variables selon les pays (de 1,2% [Intervalle de Confiance - IC - 95%0,0-3,0] pour l’Islande à 21,5% [16,9-26,2] pour la Lettonie). Après ajustement des résultats pour prise en compte du risque d’erreur lié à certaines variables, d’importantes différences ont subsisté entre les pays en comparaison avec le Royaume – Uni, pays offrant la plus grande panoplie de données (rapports de cote: 0,44 [IC95% 0,19-1,05; p=0,06] pour la Finlande à 6,92 [2,37-20,27; p=0,0004] pour la Pologne).

Le taux de mortalité chez les patients subissant une chirurgie non-cardiaque à l'hôpital était plus élevé que prévu. Les variations de mortalité entre les pays font surgir le besoin de stratégies au niveau national comme international pour améliorer les soins sur ce groupe de patients. Dr Rupert M Pearse MD et al, in The Lancet, Volume 380, issue 9847, Pages 1059 - 1065, 22 September 2012

Financement: Société européenne de médecine d'urgence et Société européenne d'anesthésie

Source: www.thelancet.com / Traduction et adaptation: NZ