Nombre total de pages vues

lundi 13 mai 2013

Mesure de la confiance aux vaccins : analyse de données obtenues par un système de veille médiatique des données utilisées dans l’analyse de l’inquiétude des usagers à propos des vaccins

Développement d'un vaccin contre le HIV. Prise en charge des Antigènes vaccinaux par les neutrophiles dans la peau. Microscopie à fluorescence sur coupe de peau (noyaux des cellules cutanées marquées en bleu montrant l'inflitrat de neutrophiles (en rose) dans le derme après injection intradermique de vaccin (en vert). Montage de microscopie confocale montrant les neutrophiles (en rose) ayant pris en charge l'antigène vaccinal (en vert).
Source iconographique et légendaire: http://presse-inserm.fr/laction-du-vaccin-dependante-de-son-mode-dadministration-nouvelles-pistes/5320/

L’intensité, l’étendue et les effets de l’opinion publique à propos des vaccins sont en croissance continue, alors que s’accélère la mise en place des nouveaux outils de partage de l’information ; contribuant ce faisant à l’hésitation et au refus croissant se faire vacciner et aux flambées de diverses maladies. Notre but était de développer une nouvelle application de système de surveillance, pour la détection et la caractérisation des signes précoces de problèmes médicaux liés aux vaccins. Nous avons également développé une typologie des questions posées et une méthode d’évaluation des priorités à donner à chacun des secteurs de préoccupations.

A la suite des recherches préliminaires effectuées par « Le Projet de Confiance aux Vaccins » (« The Vaccine Confidence Project » dans le texte), les divers rapports diffusés par les médias (par exemple articles publiés en ligne, blogs, rapports gouvernementaux) ont été obtenus à l’aide du système HealthMap, système interactif d’information et de cartographie mis au point par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour le rapprochement des données de surveillance automatisée des maladies de celles gérées par l’homme ; adapté pour le monitorage des rapports publiés en ligne sur les vaccins, les programmes de vaccination, et les maladies pouvant être prévenues par un vaccin. Tout rapport ne satisfaisant pas aux critères d’inclusion – toute référence relative à un vaccin humain ou campagne de vaccination  ou programme qui était accessible en ligne – était retiré de l’analyse. Les rapports ont été analysés manuellement pour ce qui est du contenu et catégorisés par thématique, vaccin, maladie, lieu, source du rapport, et perception globale  - positive ou négative - concernant les vaccins. Leur était attribué ensuite un niveau de priorité dépendant de la gravité de l’événement rapporté et le moment de son occurrence. Nous avons appliqué des statistiques descriptives pour l’analyse des données collectées sur une période d’une année, après amélioration et affinement des mots-clés et processus de recherche.

Nous avons analysé des données de 10 380 rapports (provenant de 144 pays) obtenus entre le 1er mai 2011 et le 30 avril 2012. 7171 (69%) faisaient état de résultats positifs ou neutres et 3209 (31%) de résultats négatifs. Sur les rapports faisant état de résultats négatifs, 1977 (24%) étaient associés à des impacts sur les programmes de vaccination et flambées de maladies ; 1726 (21%) à des convictions personnelles, sensibilisation, et perceptions personnelles ; 1371 (16%) à la sécurité en matière de vaccination ; et 1336 (16%) aux campagnes de vaccination. Nous avons été en mesure de discriminer les données par pays et type de vaccin, et de suivre l’évolution des événements dans des régions spécifiquement définies où les problèmes liés aux vaccins sont importants.

Le suivi (monitorage) en temps réel et l’analyse des questions et problèmes liés aux vaccins en fonction du temps et du lieu, pourraient être d’une aide très précieuse dans les programmes d’immunisation, et dans la mise au point de stratégies de campagnes répondant aux besoins du public de manière adéquate.  Dr Heidi J Larson PhD et al, in The Lancet Infectious Diseases, Early Online Publication, 13 May 2013

Financement : Fondation Bill & Melinda Gates

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ