Nombre total de pages vues

mardi 13 mai 2014

Pseudophosphatases et pseudokinases en physiologie et en pathologie

Structure en domaines de JAK2. (...) Le domaine Pseudokinase, JH2, empêche l'activation fonctionnelle du domaine kinase.
Source iconographique et légendaire: http://www.nature.com/onc/journal/v32/n21/fig_tab/onc2012347f2.html
Les pseudophasphatases et les pseudokinases sont de plus en plus considérées comme  des éléments faisant partie intégrante des voies de signalisation ; et de plus en plus de données disponibles permettent de montrer qu’elles conservent la capacité d’interagir avec des substrats « cellulaires », et peuvent exercer des rôles importants dans différentes maladies. Ces pseudoenzymes ne retiennent qu’une attention limitée, en comparaison des kinases et des phosphatases classiques. Dans cette revue de littérature, nous explorons les nouvelles découvertes dans les domaines émergents que sont celui des pseudokinases et celui des pseudophosophatases ; et discutons de leurs différents modes d’action comprenant notamment des rôles nouveaux dans les formes tridimensionnelles arborées, dans l’ancrage, les modulateurs spatiaux, pièges moléculaires, la régulation ligand-contrôlée des kinases et des phosphatases canoniques. Il est donc évident que les pseudokinases et les pseudophosphatases soutiennent et sont la force motrice d’une panoplie de réseaux de signalisation. Enfin, nous faisons état des récentes données montrant leur implication dans les pathologies humaines, les ajoutant ce faisant à la liste des cibles potentielles pour le développement de médicaments nouveaux. Veronica Reiterer, Patrick A. Eyers, Hesso Farhan, Trends in Cell Biology, publication en ligne en avant – première 10 mai 2014


Source : Science Direct / Traduction et adaptation : NZ