Nombre total de pages vues

mardi 9 septembre 2014

Étendue mondiale de la résistance à la chloroquine de Plamodium vivax: revue systématique et méta-analyse

Plasmodium dans le globule rouge. Copyright Inserm. D. Camus
Source iconographique et légendaire: http://www.inserm.fr/espace-journalistes/paludisme-le-parasite-p.-vivax-infecte-des-populations-considerees-comme-resistantes
La chloroquine est le traitement de première ligne de la malaria à Plasmodium vivax dans les pays endémiques, mais la résistance à ce médicament est en croissance régulière. La surveillance de l’efficacité antimalarique est essentielle, mais dans le cas des infections à P.vivax, l’évaluation de l’efficacité du traitement se heurte au phénomène de récidive dû aux stades hépatiques dormants. Nous avons effectué un passage en revue systématique des études d’efficacité des traitements de la malaria à P.vivax afin d’évaluer l’étendue de la résistance à la chloroquine.

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données biomédicales que sont Medline, Web of Science, Embase, Cochrane Database of Systematic Reviews pour identifier les études publiées en anglais entre le 1er janvier 1960 et le 30 avril 2014, traitant de l’efficacité du traitement de la malaria à P.vivax. Nous avons exclu les études n’incluant pas de traitement schizontocide sans primaquine, administré sous supervision. Nous avons déterminé les taux de résistance à la chloroquine selon les taux de récidive de la malaria à P.vivax au jour 28, la mesure des concentrations de chloroquine dans le sang total au moment de la récidive et à l’évaluation des critères d’inclusion dans l’étude.

Nous avons identifié 129 études cliniques éligibles totalisant 21 694 patients répartis sur 179 sites, et 26 études de cas décrivant 54 patients. La résistance à la chloroquine était évoquée dans 58 (53%) sites d’études évaluables, répartis dans la plupart des pays où la malaria à P.vivax est présente à l’état d’endémie. L’élimination de la parasitémie évaluée par examen au microscope chez 95% des patients au jour 2, ou chez tous patients au jour 3, était prédictive à 100% de la sensibilité à la chloroquine.

L’hétérogénéité de la conception de l’étude et de l’analyse ont permis de mettre en évidence le système de surveillance mondial de la résistance à la chloroquine de P.vivax, qui est maintenant en place  dans la plupart des pays où la malaria à P.vivax est présente à l’état d’endémie. Toutefois, des méthodes améliorées de surveillance de la résistance aux médicaments sont nécessaires, afin d’optimiser les politiques de lutte antimalarique dans ces régions. Prof Ric N Price MD et al, dans The Lancet Infectious Diseases, publication en ligne en avant – première, 9 septembre 2014

Financement : Wellcome Trust (UK).

Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ