Nombre total de pages vues

mercredi 19 novembre 2014

#lymphome #MALT #bendamustine #rituximab Modulation d’un traitement à base de bendamustine + rituximab administré en première intention selon la réponse obtenue chez des patients atteints de lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses (MALT2008-01) : étude multicentrique de phase 2 en simple bras

Lymphomes des cellules du manteau.
Source iconographique et légendaire:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tissu_lympho%C3%AFde_associ%C3%A9_aux_muqueuses

Il n’existe pas de traitement standard de première intention, administré de manière systématique, pour le traitement du lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses (MALT). Dans cette étude de phase 2, notre but était d’étudier l’innocuité et l’activité du cocktail bendamustine + rituximab, administré selon un protocole adapté à la réponse, comme traitement de première ligne pour ce type de lymphome.

Dans cette étude multicentrique de  phase 2, multicentrique à simple bras et non randomisée, nous avons recruté des patients atteints de lymphome MALT quelqu’en soit le site et le stade de développement, et les avons traités avec bendamustine (90 mg/m2 aux jours 1 et 2) + rituximab (375 mg / m2 au jour 1), toutes les 4 semaines. Les critères d’inclusion comprenaient l’évidence d’une maladie mesurable ou évaluable chez des patients d’âge compris entre 18 ans et 85 ans, présentant un lymphome actif et non équivoque ;  nous avons également recruté des patients atteints d’un lymphome MALT de l’estomac, survenu  après échec de l’éradication d’Helicobacter pylori, ainsi que des patients atteints de lymphome cutané après échec de traitements locaux. Les critères d’exclusion comprenaient l’évidence d’une transformation au niveau histologique, l’implication du Système Nerveux Central (SNC), et la présence d’une hépatite B ou C ou d’une infection VIH. Après trois cycles, les patients montrant une réponse complète au traitement ont reçu un cycle additionnel de traitement (quatre cycles au total) et les patients montrant une réponse partielle ont reçu trois cycles additionnels de traitement (six cycles au total). Le critère principal d’évaluation était la survie à deux ans sans événement. L’analyse a été effectuée sur population en intention de traiter modifiée.

60 patients provenant de 19 centres situés en Espagne ont été recrutés entre le 27 mai 2009 et le 23 mai 2011 et traités ; 57 patients ont été jugés évaluables pour ce qui est du critère principal. Seuls 14 (25%) patients ont nécessité l’administration de plus de quatre cycles de traitement. Après un suivi d’une durée médiane de 43 mois (intervalle Interquartile [IQR] 37-51), la survie médiane sans évènement n’était pas atteinte. La survie à deux ans sans événement était de 93% (Intervalle de Confiance [IC] 84-97) et de 88% (IC95% 74-95) à quatre ans. Les événements indésirables de grade 3-4 les plus fréquemment observés étaient de nature hématologique : lymphopénie chez 20 (33%) patients, neutropénie chez 12 (20%) patients, et leucopénie chez trois (5%) patients. Des neutropénies fébriles ou des infections de grade 3-4 étaient rapportés chez trois (5%) et quatre (7%) patients, respectivement.

Ce calendrier de distribution du cocktail bendamustine + rituximab adapté à la réponse semble représenter un traitement de première ligne actif et bien toléré, chez des patients atteints de lymphome MALT. Dr Antonio Salar MD et al, dans The Lancet Haematology, publication en ligne  en avant – première, 19 novembre 2014

Financement :  Grupo Español de Linfomas/Trasplante de Médula Ósea (GELTAMO), Mundipharma Spain, and Roche Pharma Spain.

Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ